La célébration de la Toussaint en Guadeloupe

Si en métropole la Toussaint constitue un jour de tristesse et de douleur, pour la Guadeloupe c’est une occasion de se rassembler et de faire la fête. Clin d’œil sur la Toussaint antillaise.

La Toussaint en Guadeloupe, un évènement culturel

Incompréhensible pour certains, fascinante pour d’autres, la célébration de la Toussaint en Guadeloupe s’avère très différente de celle pratiquée sur le vieux continent. Chaque foyer profite de cette occasion pour se rendre au cimetière et évoquer la mémoire des proches disparus. Les Antillais entretiennent un rapport particulier avec les défunts. Ainsi, lors des veillées funèbres, si les uns pleurent le défunt dans la chambre funéraire, les autres sur la terrasse ou dans la cour évoquent des souvenirs ou des anecdotes amusantes sur la personne lors de son vivant.

Dans certains villages, les mérites du défunt sont chantés suivant le rythme du Ka. Il s’agit d’un air traditionnel typique aux Antilles. Avec le café et les boissons coulant à flot, les veillées funéraires prennent des allures plutôt festives, loin des atmosphères moroses et pesantes de la métropole. L’objectif de cette pratique est simple, il s’agit de rendre un dernier hommage au défunt tout en renforçant le lien existant entre les vivants. Pour vivre cette ambiance en dehors des veillés funéraires, il vous suffit de vous rendre en Guadeloupe le jour de la Toussaint.

La Toussaint en Guadeloupe, un hommage aux morts

Fête de tous les saints pour les chrétiens, fête des morts pour les païens, la Toussaint représente une occasion pour les Guadeloupéens de se rappeler de leurs proches déjà morts. Pour une fois, les plages se vident de leur affluence habituelle. Seuls quelques touristes qui manquent d’information et qui ignorent la culture locale s’y rendent. Les autochtones, eux, prennent la route des cimetières dès l’aube. Comme dans les autres pays européens, ils profitent de cette journée pour nettoyer, entretenir et repeindre la dernière demeure de leur proche. Une fois cette tâche achevée, ils placent généralement des fleurs au-dessus de la tombe en guise de souvenir.

Lors des rencontres dans les travées, tout le monde se salue et les connaissances forment de petits groupes pour évoquer les souvenirs des morts tout en s’informant des nouvelles des vivants. Contrairement à ce que l’on pense, l’atmosphère n’est pas du tout à la morosité. Des vendeurs ambulants profitent d’ailleurs de cette occasion pour vous proposer des sorbets ou des snowballs. Une fois la nuit venue, des bougies de toutes les couleurs viennent éclairer les sépultures. Hallucinant pour les uns, plein de mystère pour les autres, le spectacle offert par les flammes vacillantes des bougies crée dans tous les cimetières une ambiance féerique.

Autres articles à lire

  • Musée Edgard Clerc : découverte du passé de la Guadeloupe

    Découvrez le travail d’un passionné de l’archéologie précolombienne et les vestiges du passé laissés par les Indiens qui avaient autrefois peuplé la Guadeloupe.

  • Portrait d’artiste : Joël Nankin, du talent à n’en plus finir

    Né le 4 mars 1955 à Pointe-à-Pitre et issu d’une famille modeste, Joël Nankin est un artiste pour qui le talent n’a pas de limites. Musicien dans la peau, il est également un activiste politique intègre qui a lutté pour l’indépendance de la Guadeloupe, avant de devenir un peintre hors pair.

  • Le Festival Musiciennes en Guadeloupe

    La première édition du festival « Musiciennes en Guadeloupe » s’est déroulé ce mois de mai 2012. Plus qu’un festival, il s’agissait d’une véritable promotion d’une autre facette de la culture musicale.

  • La Maison Régis après abolition de l’esclavage

    La seconde abolition de l’esclavage en 1848 a causé un important déficit de main d’œuvre dans les plantations de canne à sucre aux Antilles, plus particulièrement en Guadeloupe. Ce qui a amené les responsables de la colonie à procéder à la quête des immigrés. Le choix de l’Afrique et le rôle joué par l’entreprise française « la Maison Régis » ont été déterminants pour cette démarche.

  • Musique et danses créoles en Guadeloupe

    La danse et la musique font partie intégrante de la vie quotidienne en Guadeloupe. Dans la rue ou sur la plage sans exception d’âge, laissez-vous entrainer par ces rythmes créoles.

Haut de page