Le Tour cycliste international de Guadeloupe 2014

Du 1er au 10 août prochains, Pointe-à-Pitre devient le rendez-vous des cyclistes pour la 64e édition du Tour cycliste international de Guadeloupe. L’intégration du « mur de Saint-Claude » constitue une des nouveautés de cette édition.

Présentation du tour cycliste international de Guadeloupe et de son édition 2014

Le 1er août 2014, à Pointe-à-Pitre, le départ sera lancé pour les coureurs participants à la 64e édition du tour cycliste international de Guadeloupe. Jusqu’au 10 août, ils parcourront le circuit jusqu’à atteindre Basse-Terre, leur point d’arrivée. Ledit circuit, qui fait le tour de l’île, est constitué de reliefs, de routes accidentées et de vastes plaines. Des étapes de montagne sont également incluses. La particularité du circuit de cette année réside dans le fait qu’il passe à nouveau par le Mur de Saint-Claude. Ce tronçon avait été écarté pendant quelques années.

Le Tour cycliste international de Guadeloupe est un événement qui a vu le jour en 1979. Il fait partie de l’UCI America Tour, et s’inscrit en catégorie 2.2. Les équipes continentales professionnelles ou non ainsi que les équipes nationales, régionales ou même les clubs peuvent y prendre part. Seules les équipes de première division ne peuvent pas y participer.

Le parcours 2014

La première journée du tour, le 1er août, correspond au prologue. Elle se déroule dans les rues de Pointe-à-Pitre sur une distance de 5,5 km. La deuxième journée (première étape), les coureurs partent de Pointe-à-Pitre pour rejoindre Deshaies, totalisant un trajet de 162,5 km. La deuxième étape se divise en deux tronçons. Le premier va de Behaies à Baillif (100 km), tandis que le second tronçon relie Basse-Terre à Saint-Claude. C’est dans ce second tronçon que le figure le mur de Saint-Claude, une parcelle qui requiert un maximum d’efforts.

Le lundi 4 août, la troisième étape part à nouveau de Basse-Terre pour rallier Morne-à-l’Eau. Ce parcours mesure 152 km et passe par des localités telles que Trois Rivières, Baie Mahault ou encore Anse Bernard et Port Louis. Partant de Morne-à-l’Eau, les coureurs iront jusqu’à Vieux-habitants pour la quatrième étape, puis de Vieux-Habitants jusqu’à Lamentin pour la cinquième. La sixième étape forme une boucle : elle part d’Abymes, passe par les localités de Petit Canal, Moule, et Sainte-Anne, entre autres, avant de revenir sur Abymes. La septième étape relie Lamentin à Bouillante qui est aussi le nouveau départ pour le premier tronçon de la huitième étape. Celle-ci s’achève à Capesterre d’où repartent les cyclistes pour la neuvième et dernière étape pour rejoindre Basse-Terre.

Le vainqueur de l’édition 2011, Boris Carène, et celui de l’édition 2013, Pierre Lebreton, seront cette année encore sur la ligne de départ.

Autres articles à lire

  • Klodi Cancelier, un peintre guadeloupéen de renom

    En plus d’être une région touristique, la Guadeloupe est également un archipel aux richesses artistiques impressionnantes. Personnage phare du secteur culturel, Klodi Cancelier narre l’histoire du peuple guadeloupéen à travers ses œuvres d’art.

  • Superstition et croyance au surnaturel en Guadeloupe

    Comme dans beaucoup de pays, l’établissement de la religion chrétienne, le modernisme ambiant ou le progrès de la technologie de pointe dans plusieurs domaines ont peu d’influence sur la disparition de la superstition ou les croyances aux surnaturels qui s’y enracinent davantage au fur et à mesure que le temps avance.

  • Saint John Perse : Le Guadeloupéen Prix Nobel de la littérature

    Originaire de la Guadeloupe, Saint John Perse était non seulement reconnu dans sa carrière de diplomate, mais aussi pour ses œuvres littéraires, dont il a été d’ailleurs été récompensé par un prix Nobel. Voici le parcours de cet homme exceptionnel qui a réussi à mener de front avec succès deux vies différentes.

  • La biguine, une musique aux origines multiples.

    Si les touristes viennent nombreux en Guadeloupe, ce n’est pas seulement pour sa faune et sa flore généreuse, ou pour ses plats succulents. Ils font également le déplacement pour s’enivrer de musique tropicale, et la Guadeloupe est riche en la matière, avec un style pour lequel une danse à deux s’avère inévitable : la biguine. Mais d’où vient–elle exactement ?

  • Focus sur le gwoka, musique emblématique de la Guadeloupe

    Héritage des esclaves venus d’Afrique, le gwoka est un genre musical qui caractérise la culture guadeloupéenne. Musique basée sur les percussions, le gwoka traduit les sentiments et les aspirations du peuple.

Haut de page