Saint John Perse : Le Guadeloupéen Prix Nobel de la littérature

Originaire de la Guadeloupe, Saint John Perse était non seulement reconnu dans sa carrière de diplomate, mais aussi pour ses œuvres littéraires, dont il a été d’ailleurs été récompensé par un prix Nobel. Voici le parcours de cet homme exceptionnel qui a réussi à mener de front avec succès deux vies différentes.

L’histoire de Saint John Perse

Saint John Perse, de son vrai nom Alexis Leger, a vu le jour le 31 mai 1887 à Point-à-Pitre où il passa son enfance. Adolescent, il fréquente un Lycée à Pau, puis fait des études de droit à Bordeaux ou il suit aussi des cours de médecine, de sciences et de lettres. Il obtient sa licence en droit en 1910.

Durant toute sa vie, Saint John Perse a tenu à bien séparer sa vie de diplomate avec celle d’écrivain. Dès 1914, il est affecté au ministère des Affaires étrangères, puis il sera nommé secrétaire de la délégation française de Pékin jusqu’en 1921. A partir 1922, il reviendra au ministère des Affaires étrangères où il fera carrière jusqu’en 1940. Il fera un remarquable parcours dans sa carrière diplomatique, où il aura été l’un des auteurs des Accords de Locarno, l’élaborateur du pacte de Briand-Kellog ou encore l’éditeur du Mémorandum pour l’Organisation d’un Régime d’union Fédéral. Bien qu’il ait déjà écrit un recueil appelé Anabase en 1925, il n’a pas voulu éditer ses œuvres aussi longtemps qu’il était diplomate.

Les œuvres de Saint John Perse

Les œuvres de Saint John Perse se présentent sous forme de poèmes, de recueils, de correspondances et de livres biographiques. Ses premières œuvres étaient les poèmes Images à Crusoé et Éloges. En 1911, il fait paraître un recueil nommé Éloges sous le nom de Saint-Leger Leger. Ce n’est qu’en 1925 qu’il prend le nom de Saint John Leger pour faire paraître son recueil titré Anabase.

Après cela, de nombreuses œuvres de Saint John Perse ont été éditées, mais la plus connue est sûrement Les Oeuvres Complètes, parue en 1972. Cette œuvre est à la fois le dernier et le plus important que l’écrivain ait écrit, car il y a passé les dix dernières années de sa vie. Il est mort en 1975. Le thème du livre tourne autour d’un personnage diplomate et écrivain. L’auteur y intègre certains de ses poèmes en y apportant des retouches, mais aussi plusieurs de ses correspondances. En 1960, Saint John Perse se voit décerner le Prix Nobel de littérature pour l’ensemble de son œuvre.

Autres articles à lire

  • La fête des cuisinières en Guadeloupe

    Si vous envisagez un voyage en Guadeloupe au mois d’août, vous aurez l’opportunité d’assister à un évènement unique au monde : la fête des cuisinières.

  • Le musée La Bitasyon - Costumes et traditions en Guadeloupe

    Le musée La Bitasyon-Costumes et traditions a ouvert ses portes le 25 octobre 2008, grâce à l’initiative de Camélia Bausivoir-Garcia et Claude Bausivoir après plusieurs années de recherches sur la culture de la Guadeloupe.

  • Baie des Flamboyants : une série TV aux couleurs de la Guadeloupe

    Les passionnées de telenovela connaissent aujourd’hui « Baie des Flamboyants », une adaptation française de la série mexicaine intitulée « Codigo Postal ». Diffusée pour la première fois en 2007, la série met en scène six familles guadeloupéennes ainsi que des jeunes. Baie des flamboyants est aujourd’hui diffusé sur France Ô.

  • Les petits métiers en Guadeloupe

    Le progrès de la technologie actuelle est loin de faire disparaître les petits métiers qui permettent à beaucoup de gens de gagner leur vie quotidienne. En Guadeloupe, l’ébénisterie de Pointe Noire et certains petits métiers informels sont encore incontournables compte-tenu de leur place dans le contexte socio-économique.

  • La musique aux Antilles : sa place dans les îles des Caraïbes

    La musique tient une place non négligeable dans la société antillaise. Des rythmes et styles de musique ont pris naissance dans cette partie du monde et la fête de la musique y est célébrée chaque 21 juin de l’année.

Haut de page