Une convention est signée pour protéger l’îlet à Cochons

Magnifique ! C’est l’adjectif qui convient pour qualifier le cadre naturel de Petit Cul-de-sac Marin au sein duquel se niche l’îlet à Cochons. Ce dernier vient récemment de faire l’objet d’une convention pour garantir sa protection.

L’îlet aux Cochons : un patrimoine naturel menacé

Sous l’égide du Guadeloupe Port Caraïbes et en partenariat avec le Conservatoire du Littoral et des Rivages Lacustres, la ville de Pointe-à-Pitre et l’Office National des Forêts, une convention vient d’être signée le 6 octobre 2015 afin de garantir la préservation de l’espace naturel remarquable que constitue l’îlet à Cochons. Cette convention a pour objectif principal la restauration du site, sa valorisation et son accès au public dans les conditions optimales de sécurité. Cette ouverture est d’autant plus pertinente que l’îlet n’est qu’à quatre minutes de bateau de la marina de Pointe-à-Pitre.

Il faut dire que ce petit bout de terre verdoyant et inhabité est aujourd’hui utilisé illégalement par des personnes mal intentionnées pour le rejet de déchets lourds et polluants comme les tôles rouillées, les pneus de tracteurs, les blocs de moteurs en plus des bouteilles en verre et en plastique. Il en résulte un désastre écologique qui met en péril tout l’écosystème environnant. Par ailleurs, d’anciens équipements laissés par l’armée sont à enlever, tandis que des carbets sont à restaurer.

Le Guadeloupe Port Caraïbes : un acteur engagé

Fort de sa prérogative de gestion et d’aménagement des espaces aménagés et naturels de sa circonscription, le Guadeloupe Port Caraïbes a pris la décision de mettre en place un plan d’action de préservation des zones sous sa responsabilité. Cette organisation ne se limitera donc plus à l’octroi d’aides aux partenaires. Il devient un acteur majeur de la sauvegarde de l’environnement. Les premières réalisations sont prévues pour l’année 2016.

Dernièrement, le grand Port a déjà signé une convention avec l’association IGREC Mer en vue d’un financement du projet de bouturage de coraux. En effet, face à la dégradation de l’écosystème sous-marin, cet organisme a pour ambition de cultiver des fragments de coraux en vue de repeupler les fonds marins endommagés par le réchauffement climatique et par les filets des pêcheurs.

Autres articles à lire

  • Vacances à Saint Barthelemy, une destination de rêve

    A 230 km au Nord de la Guadeloupe, Saint Barthelemy est une île charmante à découvrir. Site touristique très convoité, elle offre plusieurs endroits à visiter et une multitude d’activités pour passer un séjour agréable.

  • La Désirade, une île encore sauvage

    Découvrez La Désirade, l’une des principales îles de l’archipel de la Guadeloupe. Accueillante et authentique, La Désirade vous réserve des vacances inoubliables.

  • Marie Galante : une île paradisiaque à découvrir

    Ile des Antilles françaises incluse dans l’archipel de la Guadeloupe, Marie Galante recèle des merveilles à même de satisfaire les passionnés de tourisme culturel et de divertissements. Découvrez la fameuse « Grande Galette » le temps d’un séjour vacances en famille ou en amoureux.

  • A la découverte de l’île de Terre-de-Bas

    Terre-de-Bas fait partie intégrante de l’archipel des Saintes. Cette magnifique île offre un cadre enchanteur qui ravit les passionnés d’aventures en pleine nature.

  • Visiter l’île de La Désirade en Guadeloupe

    Destination touristique appréciée, l’île de La Désirade convient particulièrement aux amoureux du tourisme vert et du tourisme culturel. Plus de détails sur les attractions faisant la renommée de cette île merveilleuse de la Guadeloupe.

Haut de page