Moov’Art, un atelier et une compagnie dynamiques !

Afin de promouvoir les œuvres de ses membres, l’Atelier Moov’Art organise une porte ouverte, du 15 au 20 juin 2012. Profitons-en pour découvrir cet atelier et cette compagnie, acteurs du dynamisme culturel guadeloupéen.

La compagnie Moov’Art, autour du partage d’une passion

C’est autour de la même passion pour la marionnette que les membres de la compagnie Moov’Art se sont rassemblés depuis maintenant un peu plus d’un quart de siècle. Aujourd’hui, cette passion continue de fleurir au cœur de la compagnie, mais depuis, de nombreuses disciplines ont vu le jour. Elle propose alors des activités basées sur le théâtre, le mime, mais aussi les arts plastiques et dernièrement, les arts graphiques. Un atelier a été ouvert il y a quelques années pour promouvoir ces dernières disciplines.

Moov’Art, un acteur expérimenté dans la promotion de la culture

La compagnie Moov’Art réalise et participe alors à de nombreux spectacles et festivals en Guadeloupe et à l’étranger, tout en s’occupant de la promotion de l’art auprès des enfants à travers la sensibilisation, la formation et les expositions. Le professionnalisme et l’ambition de la compagnie l’amènent tout naturellement à organiser des stages à la demande des centres privés, établissements scolaires ou organismes publics, et elle peut bien entendu animer des ateliers suivant les thèmes qui lui sont soumis.

Moov’Art, une équipe dynamique et polyvalente

Quatre personnes sont à la tête de la compagnie et de l’atelier Moov’Art. Certaines d’entre elles créent des marionnettes et d’autres leur donnent la vie. Par ailleurs, chacune d’entre elles dispose d’une spécificité permettant à Moov’Art de mener à bien tous ses projets. Ainsi, Dany Dubois est spécialisée dans l’art plastique et s’occupe autant des enfants que des cursus professionnels. Michel Vuillamy anime les ateliers et les théâtres tandis que Psylvia Dubois est designer graphique. Enfin, Patrick Dubois dispose de compétences en développement personnel et intervient en milieu scolaire et professionnel.

Les Portes ouvertes de l’Atelier Moov’Art

Du 15 juin au 20 juin 2012, l’Atelier Moov’Art ouvre ses portes afin de présenter et valoriser les créations de ses membres, enfants et adultes, réalisés durant toute l’année. Il s’agira également d’un moment de réflexion sur le chemin parcouru par l’Atelier depuis son ouverture il y a sept ans. L’ouverture officielle se fera vendredi 15 juin 2012 à 18h, puis l’Atelier sera accessible samedi de 9h à 13h, lundi et mardi de 17h à 19h, et mercredi de 14h à 18h.

Atelier Moov’Art

8, rue de l’Historien Lacour - Basse-Terre

06 90 35 17 95

Autres articles à lire

  • Le musée du café de la Guadeloupe

    Découvrir l’histoire du café et connaître les étapes de fabrication du café vous intéresse ? Une visite du musée du café de la Guadeloupe est à ne pas manquer.

    Copyright Café Chaulet

  • La « Fèt A Kabrit » les 30 et 31 mars 2013 à La Désirade

    L’île de la Désirade se prépare déjà à accueillir la 12ème édition de « Fèt A Kabrit » pour cette année 2013. Se déroulant les 30 et 31 mars prochains, cet évènement grandiose sera une opportunité à saisir pour découvrir l’île autrement.

  • Meurtre au paradis : la série qui met à l’honneur les charmes des Deshaies

    Série télévisée coproduite par France 2 et la chaîne anglaise BBC, Meurtre au paradis met à l’honneur la beauté de la petite ville guadeloupéenne de Deshaies, la ville où la production est tournée.

  • Combats de coqs aux Antilles

    Tradition ou barbarie, les combats de coqs ont suscité divers commentaires aux Antilles. Au point que certaines îles ont abandonné ces pratiques tandis que d’autres les gardent avec fierté comme une tradition.

  • Le rhum agricole : fierté de la Guadeloupe

    À la différence du rhum industriel qui est produit à partir des résidus de la fabrication sucrière, la mélasse, le rhum agricole est directement distillé à partir du jus de canne, lui conférant ainsi un gout inimitable. Dans la plus pure tradition antillaise, plusieurs rhumeries guadeloupéennes produisent toujours ce breuvage traditionnel, à apprécier avec modération bien évidemment.

Haut de page