Zoom sur le projet de réintroduction du lamantin en Guadeloupe

Le lamantin des Antilles a disparu des eaux guadeloupéennes depuis le 20e siècle. Un projet est actuellement mis en œuvre pour réintroduire ce mammifère dans la réserve naturelle localisée dans le Grand-Cul-de-sac marin.

Le lamantin, un animal en danger d’extinction

Au cours de la 7e Conférence des parties sur la Convention de Carthagène, le projet de réintroduction du lamantin des Antilles en Guadeloupe a été officiellement reconnu et encouragé par les participants. Cet animal marin est en effet classé parmi ceux qui sont en danger d’extinction et figure sur la liste rouge de l’UICN, l’Union internationale pour la conservation de la nature. Cet ambitieux programme est initié par le Parc national. Il implique de nombreux partenaires internationaux et locaux.

Ce projet joue un rôle primordial pour la sauvegarde de cette espèce menacée de disparition. En réintroduisant ce mammifère dans ses eaux territoriales, la Guadeloupe pourrait également reconquérir un élément très important de sa biodiversité. Les initiateurs souhaitent que le programme contribue à l’amélioration de la gestion du patrimoine culturel et naturel de l’archipel. Ils espèrent aussi que la présence du lamantin des Antilles inciterait les acteurs locaux à œuvrer pour la protection et la préservation des richesses de cette île hors du commun.

Les 2 phases du projet

Le projet en question s’échelonne en deux phases. L’étape préparatoire, s’étalant sur 3 années, a débuté en 2010. Elle consiste à faire des recherches sur le site d’accueil, des études préliminaires, des analyses. La mise en place d’un partenariat avec les autres pays de la mer des Caraïbes, l’obtention de l’adhésion des différents acteurs locaux et de la population intègrent aussi cette première phase. En tout cas, la majorité des Guadeloupéens est favorable à la réintroduction de cette espèce.

La seconde phase porte sur la réalisation et le suivi. Elle va durer 5 ans au cours desquels des lamantins seront prélevés auprès des pays donateurs et relâchés dans le site de destination, la baie du Grand Cul-de-sac marin. Au cours de cette période, les déplacements des animaux seront dépistés au moyen de balises radio satellites. Ces dispositifs permettront aussi de faire des études sur leur comportement et d’observer leur état de santé. Ces deux étapes seront combinées à des actions de communication et de sensibilisation du public.

Autres articles à lire

  • Vingt ans de protection des tortues marines, de 1991 à 2011

    Les initiatives prises en 1991 pour la protection totale des tortues marines en Guadeloupe ont permis à nouveau leur multiplication dans les eaux de l’archipel.

  • L’invasion des poissons lions en Guadeloupe

    Le poisson lion (Pterois volitans), connu également sous le nom de « rascasse volante », est une espèce venimeuse. On l’a recensé dans les eaux marines guadeloupéennes en septembre 2010. Elle représente un danger, car son venin est fort et dangereux.

  • L’iguana delicatissima, une espèce endémique de la Guadeloupe

    La Guadeloupe est réputée abriter une faune dont certaines espèces sont endémiques. Il en est ainsi de l’iguana delicatissima que les touristes peuvent découvrir à Petite-Terre. Cette espèce fait actuellement l’objet de mesures de protection exceptionnelles.

  • Les oiseaux de la Guadeloupe

    Selon des chiffres publiés très récemment, la Guadeloupe abriterait un peu plus de 275 espèces d’oiseaux. Parmi ces oiseaux, certains sont dits nicheurs, certains sont sédentaires, d’autres sont dits migrateurs réguliers tandis que d’autres encore sont dits erratiques ou y ont été introduits.

  • L’Aquaculture en Guadeloupe

    L’aquaculture comprenant l’élevage des coquillages (conquiculture), des moules (myciculture), des huîtres (ostréiculture), des poissons (pisciculture) a pour objectif d’étudier, de suivre le développement et la reproduction de différentes espèces. Cette technique est également une opportunité de faire un élevage industriel des espèces aquatiques sans compromettre l’équilibre naturel des océans et des rivières.

Haut de page