Portrait d’artiste : Joël Nankin, du talent à n’en plus finir

Né le 4 mars 1955 à Pointe-à-Pitre et issu d’une famille modeste, Joël Nankin est un artiste pour qui le talent n’a pas de limites. Musicien dans la peau, il est également un activiste politique intègre qui a lutté pour l’indépendance de la Guadeloupe, avant de devenir un peintre hors pair.

Le collectif Akiyo

Joël Nankin est avant tout un artiste reconnu pour ses talents de musicien. Véritable passionné des percussions, il décide de fonder en 1979 le Mouvman Kiltirel Akiyo. Dans un premier temps, il s’agissait d’un groupe musical qui s’est progressivement transformé en un mouvement indépendantiste. Akiyo a vu le jour grâce à une nécessité d’ordre culturel, politique et social. Selon lui, il est important que chacun replace sa naissance dans son contexte, car aujourd’hui, la grande variété culturelle ainsi que les revendications identitaires ont tendance à masquer les vraies origines. Occupant désormais une place de choix dans la culture guadeloupéenne, le collectif Akiyo a tout de même réussi à changer un certain nombre de choses, dont le regard que chacun porte sur soi.

Un grand militant

Joël Nankin est aussi un fervent militant radical qui s’est personnellement engagé pour l’indépendance de la Guadeloupe. Il sera pourtant jugé pour avoir commis des attentats et porté atteinte à l’intégrité du territoire français. Il a ensuite été emprisonné à la maison d’arrêt de Basse-Terre de 1983 à 1989. Depuis sa sortie, Joël Nankin garde toujours son âme d’activiste, et se bat avec nettement moins de virulence. Son objectif est de faire en sorte que la France ainsi que l’opinion publique prennent conscience de la situation archaïque dans laquelle vit la Guadeloupe. Selon lui, les « békés », c’est-à-dire les descendants directs des colons européens venus s’enrichir grâce à la traite des esclaves, contrôlent encore son île sur le plan économique. Lorsque Joël Nankin évoque les problèmes sociaux des Guadeloupéens, il ne manque pas de mettre un accent sur la nécessité de réformer l’éducation, le coût de la vie sur l’île et le chômage.

Un peintre

Joël Nankin est aussi une figure prestigieuse de l’art guadeloupéen. Dans chacune de ses œuvres, il évoque ses horreurs face à la domination des peuples. Pour mieux s’exprimer, il décide alors d’utiliser la technique des coulures pour mettre en avant un effet dramatique grâce à des couleurs sobres, sans oublier la force des brosses ainsi que la densité des compositions. D’une efficacité remarquable, chaque œuvre est même perçue comme un poème qui s’adresse aux hommes qui souffrent. Joël Nankin réalise sa première exposition en 1992 avec un collectif de peintres locaux, et aujourd’hui, ses œuvres sont toujours synonymes de succès, au point d’être vendus avant même d’être exposés.

Autres articles à lire

  • Le défilé de la mi-carême en Guadeloupe

    La Guadeloupe est réputée pour son calendrier très chargé en matière d’évènements festifs. Ainsi, quelques semaines après le fameux carnaval, on peut assister au défilé de la Mi-Carême qui voit la participation active de la population locale ainsi que de nombreux groupes de renom.

  • La danse en Guadeloupe

    La Guadeloupe est réputée pour la richesse de son folklore et les rythmes de danse qui y sont liés. Les déhanchements et les pas de danse esquissés par les Guadeloupéennes durant les différentes fêtes populaires étonneront toujours les visiteurs de passage dans l’archipel. Zoom sur ces types de danse qui particularisent la Guadeloupe.

  • Le zouk guadeloupéen au féminin - Zouk Machine

    Groupe féminin de zouk originaire de la Guadeloupe, Zouk Machine impressionne tant par sa musique entraînante que par le charme de ses chanteuses. Appréciez la culture guadeloupéenne via les nombreuses chansons de ce groupe conservant sa célébrité même en ce troisième millénaire.

  • Baie des Flamboyants : une série TV aux couleurs de la Guadeloupe

    Les passionnées de telenovela connaissent aujourd’hui « Baie des Flamboyants », une adaptation française de la série mexicaine intitulée « Codigo Postal ». Diffusée pour la première fois en 2007, la série met en scène six familles guadeloupéennes ainsi que des jeunes. Baie des flamboyants est aujourd’hui diffusé sur France Ô.

  • Un voyage en Guadeloupe : une occasion de s’imprégner de sa culture, de son âme

    La particularité de sa culture fait, depuis longtemps, la réputation de la Guadeloupe qui attire un nombre sans cesse croissant de visiteurs, avides de découvrir toutes les facettes de l’Ile Papillon. Un voyage en Guadeloupe représente idéalement l’occasion de s’imprégner de sa culture, de son âme.

Haut de page