Coup de projecteur sur Jane Fostin

Elle est belle, talentueuse et est surtout considérée comme l’une des plus belles voix de la Guadeloupe. Elle, c’est Jane Fostin, ancienne membre du groupe Zouk Machine qui mène aujourd’hui une carrière solo ponctuée d’albums envoutants et de singles à succès.

Jane Fostin, une artiste reconnue pour ses talents

De par son talent de chanteuse, Jane Fostin mérite amplement son surnom de diva. Cette fille de musicien, membre d’une fratrie de sept frères et sœurs, a commencé à chanter en 1986 au sein d’un groupe dénommé Les Aiglons. Elle entame ensuite une carrière à succès en devenant l’une des membres du groupe Zouk Machine. Elle y chante notamment des tubes comme Sové Lanmou et surtout Maldon qui est resté au sommet des charts durant de nombreuses semaines.

En 1995, le groupe Zouk Machine se sépare et Jane Fostin envisage alors de poursuivre une carrière solo. Cette même année, elle participe notamment à la bande originale du film d’animation Astérix et les Indiens. C’est en 1997 que la diva revient sur l’avant de la scène en sortant le single intitulé La taille de ton amour, dont le disque se vendra à plus de 250.000 exemplaires. Son dernier album date de 2007, mais Jane continue de collaborer avec de nombreux artistes.

Du zouk love au R’n’B, une grande variété de styles

Si elle a été connue à ses débuts pour son orientation pour le zouk, Jane Fostin a couvert d’autres répertoires , dont le R’n’B et la soul music. Dans ses derniers albums, Jane Fostin s’est par ailleurs ouverte à de multiples influences, tout en n’oubliant pas ses racines antillaises. Si sa présence est aujourd’hui moins marquée en Métropole, elle continue à cartonner dans les départements d’outre-mer.

Dans son dernier album Eclipse sorti en 2007, on peut voir toute la latitude des influences qui s’exercent sur la musique de Jane Fostin. C’est une véritable vitrine moderne des Caraïbes, avec le mélange des genres dominants, comme le ragga dance-hall, le R’n’B, le reggaeton et bien entendu le zouk. Où que vous soyez, si l’envie de soleil se fait ressentir, écoutez les chansons de Jane Fostin et vous ressentirez toute la chaleur de la Guadeloupe.

Autres articles à lire

  • La Maison Régis après abolition de l’esclavage

    La seconde abolition de l’esclavage en 1848 a causé un important déficit de main d’œuvre dans les plantations de canne à sucre aux Antilles, plus particulièrement en Guadeloupe. Ce qui a amené les responsables de la colonie à procéder à la quête des immigrés. Le choix de l’Afrique et le rôle joué par l’entreprise française « la Maison Régis » ont été déterminants pour cette démarche.

  • La célébration de la Toussaint en Guadeloupe

    Si en métropole la Toussaint constitue un jour de tristesse et de douleur, pour la Guadeloupe c’est une occasion de se rassembler et de faire la fête. Clin d’œil sur la Toussaint antillaise.

  • Radio Caraïbes Internationale : la première chaine francophone des Antilles

    Avec les stations de radio publiques Guadeloupe 1ere et Martinique Première, Radio Caraïbes Internationale est l’une des plus écoutées dans les Antilles francophones. Bien qu’étant une seule entreprise, RCI diffuse des émissions spécifiques pour la Guadeloupe et la Martinique.

  • Un voyage en Guadeloupe : une occasion de s’imprégner de sa culture, de son âme

    La particularité de sa culture fait, depuis longtemps, la réputation de la Guadeloupe qui attire un nombre sans cesse croissant de visiteurs, avides de découvrir toutes les facettes de l’Ile Papillon. Un voyage en Guadeloupe représente idéalement l’occasion de s’imprégner de sa culture, de son âme.

  • Le Festival "Terre de Blues" à Marie-Galante du 17 au 20 mai 2013

    Quatre jours de fête sont annoncés à Marie-Galante pour le week-end de la Pentecôte. Zoom sur des festivités devenues une tradition.

Haut de page