L’iguana delicatissima, une espèce endémique de la Guadeloupe

La Guadeloupe est réputée abriter une faune dont certaines espèces sont endémiques. Il en est ainsi de l’iguana delicatissima que les touristes peuvent découvrir à Petite-Terre. Cette espèce fait actuellement l’objet de mesures de protection exceptionnelles.

L’iguana delicatissima, un animal herbivore

La Guadeloupe fait partie des rares pays au monde où l’on peut encore retrouver des populations d’iguanes évoluant en toute liberté dans leur milieu naturel. Heureusement que les autorités ont pris conscience à temps de l’enjeu de leur sauvegarde et ont créé la réserve protégée de Petite Terre. Autrement, l’espèce aurait déjà disparu depuis longtemps car autrefois, les Guadeloupéens les ont chassés pour leur chair qui serait particulièrement savoureuse.

L’iguana délicatissima est un animal herbivore qui se nourrit exclusivement de fleurs, de fruits et de feuilles. Ses dents et ses griffes acérées lui servent uniquement pour se défendre de ses prédateurs. Il représente en effet une cible privilégiée pour les chiens errants. Parfois, il utilise sa queue pour frapper un adversaire. Les femelles pondent environ 30 œufs qu’elle cache dans un trou qu’elle a elle-même creusée. Les petits iguanes sortent de leur coquille après une période d’incubation de 3 mois.

L’iguana delicatissima, un physique impressionnant

Si vous êtes un bon observateur, vous aurez l’opportunité d’admirer un iguane, caché dans les branches d’un arbre. S’aidant de leurs griffes et de leurs doigts, ils sont capables d’escalader des arbres, voire des murs. Ils adorent ainsi se dorer au soleil, perchés en haut des arbres. Vous serez impressionné par le physique de cet animal que vous n’aurez pas souvent l’occasion de rencontrer, sauf au zoo. Essayez de ne pas causer de bruit afin de ne pas l’effrayer. Il risquerait de détaler et vous ne pourrez plus l’observer et le fixer en image.

Lors de votre passage à Petite-Terre, vous aurez la chance de voir de près des iguanes. Certains d’entre eux se sont en effet accoutumés à la présence humaine et n’ont pas peur de s’approcher des visiteurs, surtout pendant les moments des repas. Autrement, ils passent leur temps à lézarder au soleil. Les Guadeloupéens affirment que ces animaux sont parfaitement inoffensifs. Certains autochtones les élèvent même comme des animaux domestiques. Vous pourrez également découvrir des iguanes, mais d’une espèce plus commune, à la Désirade, aux Saintes et à Grande-Terre.

Autres articles à lire

  • La faune guadeloupéenne : un spectacle extraordinaire

    La Guadeloupe est une destination de rêve pour les amoureux de la nature rêvant de découvrir une faune et une flore exceptionnelles. Coup de projecteur sur les insectes et les reptiles faisant de la Guadeloupe une destination phare de l’écotourisme.

  • La faune terrestre en Guadeloupe

    Mammifères, reptiles, oiseaux rares, etc. la Guadeloupe renferme un trésor faunistique d’une beauté à faire pâlir. Découvrez certaines espèces qui sont parmi les fleurons touristiques de cet archipel.

  • Zoom sur le projet de réintroduction du lamantin en Guadeloupe

    Le lamantin des Antilles a disparu des eaux guadeloupéennes depuis le 20e siècle. Un projet est actuellement mis en œuvre pour réintroduire ce mammifère dans la réserve naturelle localisée dans le Grand-Cul-de-sac marin.

  • L’Aquaculture en Guadeloupe

    L’aquaculture comprenant l’élevage des coquillages (conquiculture), des moules (myciculture), des huîtres (ostréiculture), des poissons (pisciculture) a pour objectif d’étudier, de suivre le développement et la reproduction de différentes espèces. Cette technique est également une opportunité de faire un élevage industriel des espèces aquatiques sans compromettre l’équilibre naturel des océans et des rivières.

  • Le zoo de Guadeloupe : le sanctuaire d’une faune et d’une flore surprenantes

    Niché au cœur de la grande forêt tropicale, au milieu du massif de Basse-Terre, le zoo de Guadeloupe vous invite à une fraîche escapade au milieu d’un cadre des plus charmants.

Haut de page