Musique créole : Le Gwoka

La Guadeloupe est indissociable de l’exotisme. Cela est aussi valable sur le plan culturel. Le Gwoka, qui est la musique traditionnelle de la Guadeloupe, est absolument à découvrir lors d’un séjour sur l’île papillon.

Le Gwoka et la musique créole

Comme beaucoup d’autres styles de musiques antillaises, le Gwoka est né du mélange culturel africain, européen et américain. Plusieurs empreintes musicales de différentes origines sont à l’origine de la richesse de la musique créole. Mais c’est surtout la touche africaine qui se démarque le plus dans cette culture, avec la domination des percussions et du tambour « Ka ».

L’origine du Gwoka

Le Gwoka a été créé au 18e siècle, pendant la période d’esclavage en Guadeloupe. Les esclaves, de différentes origines, ont élaboré à partir de leur musique et danse respectives une façon de s’exprimer et de communiquer. C’est ainsi qu’un nouveau style est né et que le Gwoka vit le jour.

Le Gwoka, une façon de vivre

En plus d’être une musique, le Gwoka est une manière de vivre à part entière. Les blagues, la danse et tout ce qui tourne autour de cet art de vivre sont une façon pour les Guadeloupéens de montrer origines et leur identité. Le Gwoka signifie donc beaucoup pour la population. Non seulement c’est une marque d’attache à leur patrimoine, mais également un moyen de préserver leur culture.

Le Gwoka dans la vie de tous les jours

Au fil du temps, le Gwoka s’est petit à petit immiscé dans la vie quotidienne de la population guadeloupéenne. On peut par exemple retrouver du Gwoka adapté aux chants de travail. Mais cela ne s’arrête pas là, même les chants du dimanche ainsi que les chants de veillée ont été conquis par le Gwoka.

Le Gwoka en rythme

On peut décomposer le Gwoka en sept rythmes. Premièrement, on retrouve le Léwoz qui est un rythme mélancolique. Ensuite, le Tumblak qui est assez rapide et étincelant. Le rythme lent et triste est le Kaladja, plutôt pour les veillées. Le Graj est propre aux travailleurs collectifs. Pour sa part, le Woule est composé de trois temps et se pratique dans les champs. Lors des périodes de carnaval, on entend surtout le Mennde. Finalement, pour accompagner la coupe de la canne à sucre, il y a le rythme Padjanbel.

Autres articles à lire

  • Le madras, plus qu’un tissu, une tradition remise au goût du jour

    À leur arrivée à l’aéroport de la Guadeloupe, les visiteurs sont agréablement surpris d’être accueillis par des autochtones qui arborent fièrement leur tenue madras, une tradition remise au goût du jour.

  • Coiffures et costumes caractéristiques de la Guadeloupe

    Tant dans leur manière de s’habiller que de se coiffer, les Guadeloupéennes ont toujours sur mettre en avant leurs plus beaux atouts. Coquettes, indolentes et non moins gracieuses, les femmes antillaises se parent de madras, de diverses et élégantes coiffes.

  • La distillerie Bielle à Marie-Galante

    La Guadeloupe est réputée pour la qualité du rhum produit dans ses différentes distilleries. Certains amateurs de cette boisson forte affirment que la plupart des meilleurs rhums de l’archipel sont issus des usines de Marie-Galante, dont la distillerie Bielle.

  • Le carnaval en Guadeloupe : Vaval !

    Le carnaval en Guadeloupe : vaval !La Guadeloupe est l’un des rares pays qui a su donner au carnaval une ambiance de fête et un aspect satirique à l’égard des colonisateurs. Depuis des groupes carnavalesques ont vu le jour dans ce pays.

  • La Fête du Crabe du 26 au 31 mars 2013 à Morne-à-L’eau

    La commune de Morne-à-L’eau, dans l’arrondissement de Pointe-à-Pitre, accueillera du 26 au 31 mars prochains la « Fête du Crabe », un évènement majeur permettant de mettre à jour les divers aspects de la culture guadeloupéenne.

Haut de page