Le Fort Delgrès, un fleuron du patrimoine historique guadeloupéen

Découvrez le Fort Delgrès, précieux témoin de la résistance de Louis Delgrès et de ses patriotes contre le rétablissement de l’esclavage.

Historique du Fort Delgrès

Situé dans la ville de Basse-Terre, le Fort Delgrès est un ancien fort royal d’une superficie de 4 à 5 hectares construit vers 1650. Le fort fut dénommé Fort Houel en 1667, Château de Guadeloupe en 1700, Fort Saint-Charles en 1753 et Fort Mathilde en 1794. Cette forteresse fut le témoin de la résistance de Louis Delgrès et de ses compagnons d’arme contre l’armée du Général Richepance en 1802. Le fort prit le nom de Fort Richepance après l’avènement de cette rébellion et fut par la suite baptisé Fort Delgrès à partir de 2002 en hommage à Louis Delgrès, symbole de la résistance.

Né de Delgrès, un blanc de Martinique, et d’Elizabeth Morin en Août 1766, Louis Delgrès a intégré la milice en 1783. Il accéda à plusieurs hautes fonctions militaires entre 1783 et 1799 et fut emprisonné à deux reprises par les Anglais, puis relâché. Il démontra sa fibre patriotique en 1791 en s’exilant sur l’île de la Dominique, lorsque les royalistes ont pris le pouvoir à la Martinique. En 1799, Louis Delgrès arriva en Guadeloupe avec les agents de la Convention de la Guadeloupe Baco, Jeannet et Laveaux. Il devint aide de camp de Baco et fut par la suite placé sous l’autorité du Capitaine Lacrosse.

Louis Delgrès, symbole de la résistance à l’esclavage

En 1801, les planteurs guadeloupéens s’insurgèrent contre les républicains qui se sont approprié leurs plantations pendant la révolution. Pour calmer la situation, la garnison se révolta, renvoya le gouverneur et instaura un Conseil temporaire administré par l’officier le plus gradé, Magloire Pelage. Bien que le Conseil s’est placé sous l’autorité du Consul en charge de la Guadeloupe, ce dernier y envoya 11 navires avec 3500 soldats à leur bord, conduits par le Général Richepance, avec pour mission de ramener l’ordre et de rétablir l’esclavage afin de reconstituer une colonie française des Amériques.

Le 24 octobre 1801, Louis Delgrès, Joseph Ignace et d’autres officiers mulâtres se sont rebellés face à la garnison dirigée par le Général Richepance. Joseph Ignace et ses hommes ont trouvé refuge au Fort Delgrès et furent tués à Baimbridge. Louis Delgrès et ses hommes se sont postés à Matouba et furent assaillis le 28 mai 1802. Louis Delgrès fit afficher sur les murs de Basse-Terre une proclamation portant sur le droit des esclaves à l’insurrection et un appel à la fraternité. Refusant de se rendre, Louis Delgrès et ses soldats choisirent de mourir pour leur cause. Aujourd’hui, le Fort Delgrès demeure le témoin exceptionnel de ce passé émouvant.

Autres articles à lire

  • Les 70 ans des Rhums Damoiseau

    Cette année 2012, la maison Damoiseau, importante distillerie guadeloupéenne, fête ses 70 ans. Zoom sur l’histoire d’une marque qui a su s’imposer dans le monde entier.

  • Carnaval de Guadeloupe : retour sur une tradition bien ancrée

    Durant les trois premiers mois de l’année, la Guadeloupe vit au rythme du Carnaval. L’événement vise à se séparer des mauvais moments de l’année passée et à se préparer au carême. Retour sur l’histoire et la tradition de ce rendez-vous incontournable tous les ans.

  • Le Festival Musiciennes en Guadeloupe

    La première édition du festival « Musiciennes en Guadeloupe » s’est déroulé ce mois de mai 2012. Plus qu’un festival, il s’agissait d’une véritable promotion d’une autre facette de la culture musicale.

  • Le zouk guadeloupéen au féminin - Zouk Machine

    Groupe féminin de zouk originaire de la Guadeloupe, Zouk Machine impressionne tant par sa musique entraînante que par le charme de ses chanteuses. Appréciez la culture guadeloupéenne via les nombreuses chansons de ce groupe conservant sa célébrité même en ce troisième millénaire.

  • Le Festival "Terre de Blues" à Marie-Galante du 17 au 20 mai 2013

    Quatre jours de fête sont annoncés à Marie-Galante pour le week-end de la Pentecôte. Zoom sur des festivités devenues une tradition.

Haut de page