La fête des cuisinières en Guadeloupe

Si vous envisagez un voyage en Guadeloupe au mois d’août, vous aurez l’opportunité d’assister à un évènement unique au monde : la fête des cuisinières.

Plongez dans un univers irréel

Célébrée depuis 95 années consécutives, la fête des cuisinières intègre le patrimoine culturel de la Guadeloupe. Elle favorise la rencontre entre les peuples, puisqu’elle attire aussi bien les autochtones que les touristes venus de tous les horizons. Tout ce monde est alors plongé dans un univers irréel où règnent la gastronomie créole authentique et les sons mélodieux d’une musique entraînante.

La fête des cuisinières est l’occasion rêvée pour vous imprégner entièrement de la tradition guadeloupéenne. Les festivités commencent en milieu de matinée par une messe à la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul de Pointe-à-Pitre durant laquelle le prêtre bénit les plats qui ont été amoureusement concoctés par chaque participante. S’ensuit une procession des cuisinières qui défilent fièrement, habillées de leurs plus beaux atours traditionnels. Vous serez émerveillés par le chatoiement des couleurs des robes en madras et des coiffes créoles soigneusement nouées.

La fête des cuisinières en Guadeloupe, un spectacle haut en couleur

Durant le défilé, vous serez bercés par les sons de la musique locale. Vous admirerez l’évolution des participantes qui dansent tout au long de la procession alors qu’elles sont chargées des plats préparés à l’occasion de cette fête annuelle et d’ustensiles de cuisine. D’autres portent des paniers remplis de fleurs, de fruits et de légumes locaux. Un spectacle unique, haut en couleur, que vous garderez longtemps en mémoire !

Le défilé, conduit par les doyennes, mène vers le lieu du banquet où les cuisinières et les spectateurs se côtoient allègrement. C’est non seulement l’occasion de goûter à la gastronomie locale, mais aussi de s’initier aux danses traditionnelles de la Guadeloupe, telle que le gwo ka, la biguine et la mazurka. Vous apprécierez les plats de crabes farcis, de boudins à la créole, de buissons d’écrevisses et d’acras qui ont été préparés dans les règles de l’art, selon des recettes authentiques, jalousement gardées par les Guadeloupéennes. Et pour clore en beauté l’évènement, vous danserez jusqu’à l’aube durant le bal des cuisinières.

Autres articles à lire

  • La Maison Régis après abolition de l’esclavage

    La seconde abolition de l’esclavage en 1848 a causé un important déficit de main d’œuvre dans les plantations de canne à sucre aux Antilles, plus particulièrement en Guadeloupe. Ce qui a amené les responsables de la colonie à procéder à la quête des immigrés. Le choix de l’Afrique et le rôle joué par l’entreprise française « la Maison Régis » ont été déterminants pour cette démarche.

  • Jean-Marc Benoît lance la collection Itinéraires

    L’un des stylistes les plus connus de l’île aux belles eaux, Jean-Marc Benoit a présenté sa nouvelle collection, Itinéraires, lors d’un défilé organisé au début du mois d’octobre 2015 à Pointe-à-Pitre.

  • Noël en Guadeloupe : une fête de traditions

    Au-delà du décor chaleureux agrémenté de bananiers et cocotiers et entouré de la beauté des plages, la période de Noël en Guadeloupe est un moment où les traditions ressurgissent et au cours de laquelle les liens se resserrent.

  • Le madras, plus qu’un tissu, une tradition remise au goût du jour

    À leur arrivée à l’aéroport de la Guadeloupe, les visiteurs sont agréablement surpris d’être accueillis par des autochtones qui arborent fièrement leur tenue madras, une tradition remise au goût du jour.

  • Le Festival Musiciennes en Guadeloupe

    La première édition du festival « Musiciennes en Guadeloupe » s’est déroulé ce mois de mai 2012. Plus qu’un festival, il s’agissait d’une véritable promotion d’une autre facette de la culture musicale.

Haut de page