Coiffures et costumes caractéristiques de la Guadeloupe

Tant dans leur manière de s’habiller que de se coiffer, les Guadeloupéennes ont toujours sur mettre en avant leurs plus beaux atouts. Coquettes, indolentes et non moins gracieuses, les femmes antillaises se parent de madras, de diverses et élégantes coiffes.

Madras et robes longues

Le madras est le tissu qui caractérise les tenues vestimentaires des femmes en Guadeloupe. Utilisé pour confectionner paréos, robes ou chemisiers, il est un tissu traditionnel introduit par les Indiens. Tissu à rayures et carreaux, le madras se distingue par ses couleurs aussi diverses que rayonnantes. Au quotidien, les femmes guadeloupéennes portent une robe longue traditionnelle que l’on appelle la gaule.

Rehaussée de broderies et de dentelles, la robe était habituellement de couleur blanche et pourvue de manches trois-quarts. Les femmes soulignaient leur silhouette en nouant un foulard de madras à leur taille. Pour les fêtes, la gaule laissait place à la jupe de soie ou en madras imprimé paré d’une longue traîne relevée et accrochée sur un côté de la taille. Ce faisant, le beau jupon orné de dentelles, de broderies et de volants pouvait être nonchalamment dévoilé.

La coiffe, accessoire symbolique des costumes créoles

La tenue de la femme guadeloupéenne ne sera pas complète sans la coiffe. L’art de nouer le madras sur la tête est d’ailleurs caractéristique de chaque île. Notons au passage que les jeunes demoiselles et fillettes ne portent pas de coiffes en madras. Leurs têtes seront plutôt coiffées d’un foulard en soie. En outre, le madras ne sera pas utilisé comme coiffe durant les moments de deuils. Il sera plutôt remplacé par des mouchoirs blancs.

La coiffe est bien plus qu’un accessoire dans la tenue de la femme antillaise. Elle est à la fois le reflet de la situation matrimoniale (par la symbolique des pointes) et de la situation sociale, et exprime également les circonstances de la vie. Ainsi, un nœud ou une pointe révélait une disponibilité sentimentale, deux nœuds voulant dire « déjà prise » et trois nœuds « mariée ». Il existe aussi plusieurs types de coiffes, dont la plus courante est la chaudière, coiffe ronde et plate. La tête créole et celle dite casserole sont également typiques de la Guadeloupe.

Autres articles à lire

  • Programme de Noël 2012 en Guadeloupe

    Noël arrive et tout le monde se prépare à la célébration, le cœur rempli de joie. C’est ainsi qu’en Guadeloupe sont organisées pendant tout le mois de décembre des festivités toutes aussi agréables et conviviales les unes que les autres.

  • La Fête du crabe : l’édition 2015

    La Fête du crabe en est à sa 23e édition. Elle se déroule du 30 mars au 05 avril 2015. Le crabe est à l’honneur à Morne-à-l’Eau, la ville qui accueille l’événement, mais cette festivité est aussi l’occasion de découvrir d’autres aspects de la culture caribéenne, comme ses danses et musiques typiques ainsi que ses plats traditionnels.

  • La musique aux Antilles : sa place dans les îles des Caraïbes

    La musique tient une place non négligeable dans la société antillaise. Des rythmes et styles de musique ont pris naissance dans cette partie du monde et la fête de la musique y est célébrée chaque 21 juin de l’année.

  • La Saintoise moderne ou traditionnelle

    La Saintoise, importée par des marins bretons, émigrés aux Saintes, a joué un rôle important dans l’archipel de la Guadeloupe de par son insularité. Il serait ainsi intéressant de voir les différents aspects suivis par ce moyen de transport depuis son introduction dans cette région jusqu’à son aspect actuel.

  • Saint John Perse : Le Guadeloupéen Prix Nobel de la littérature

    Originaire de la Guadeloupe, Saint John Perse était non seulement reconnu dans sa carrière de diplomate, mais aussi pour ses œuvres littéraires, dont il a été d’ailleurs été récompensé par un prix Nobel. Voici le parcours de cet homme exceptionnel qui a réussi à mener de front avec succès deux vies différentes.

Haut de page