Le Carnaval de Guadeloupe, un évènement haut en couleur

Costumes bariolés, musique rythmée et parades sont au programme pour honorer Vaval, le roi du Carnaval. Chaque année, le carnaval se déroule après l’épiphanie pour ne prendre fin que le mercredi des centres, jour de la mort de Vaval.

Les festivités

Célébration d’origine religieuse, le carnaval offrait l’occasion aux chrétiens de s’amuser, faire la fête et de manger de la viande avant de commencer les 40 jours de privations imposés par le carême. Aujourd’hui, cet événement est devenu une véritable fête populaire où toutes les catégories sociales se retrouvent pour danser et parader dans un défoulement total. C’est également un spectacle de rue où des groupes de personnes et des chars défilent dans un grand affairement de couleurs, des musiques et des percussions. Vêtements très colorés, des strass et des paillettes sont les composantes indispensables de cet événement annuel.

Les jours gras

En Guadeloupe, le carnaval est marqué par des jours gras (lundi, mardi et mercredi). Le lundi gras est dédié aux mariages burlesques. Avec un long cortège, des couples déguisés (l’homme s’habille en femme et la femme endosse un costume d’homme) se présentent devant le maire et le prêtre. Le Mardi gras est le point fort du carnaval où le défoulement est à son maximum. De nombreux concours sont organisés pour élire le meilleur groupe, meilleur costume, etc. Le mercredi des Cendres est un jour de deuil. Vêtue en noir et blanc, la foule brule l’effigie du roi Vaval tout en chantant et en dansant.

Les symboles du carnaval

D’une certaine façon, le carnaval de Guadeloupe est un moyen d’exorciser la mort. Ainsi, le déguisement n’est qu’un passage, une transformation et même un dépassement de soi. Donc, pendant les parades des jours gras, on peut voir beaucoup de masques, de costumes et des déguisements qui parodient la mort (des squelettes, des têtes de mort, des diables, etc.). Quant à Vaval, c’est un personnage qui symbolise tous les problèmes et les deuils de l’année passée. Il est représenté en carton de quelques mètres de haut qui sera brûlé à la fin des défilés. La fin de Vaval marque également la fin des festivités et le début du carême.

Autres articles à lire

  • Les radios en Guadeloupe

    La dynamique culture guadeloupéenne a permis l’émergence de plusieurs stations, dont chacun a sa particularité. Découvrez à travers cet article les différentes chaines radiophoniques de cette île paradisiaque.

    Copyright radio-track.com

  • Le Festival de Gwo Ka à Sainte-Anne du 8 au 14 juillet 2013

    Du 8 au 14 juillet 2013, Sainte-Anne accueillera la 26ème édition du festival de Gwo Ka. Retrouvez ici toutes les informations utiles sur cet événement de grande envergure.

  • Meurtre au paradis : la série qui met à l’honneur les charmes des Deshaies

    Série télévisée coproduite par France 2 et la chaîne anglaise BBC, Meurtre au paradis met à l’honneur la beauté de la petite ville guadeloupéenne de Deshaies, la ville où la production est tournée.

  • L’église Saint-Jean-Baptiste à Le Moule, un édifice unique en son genre

    Le Moule, une commune de la Grande Terre, fut autrefois la capitale de la Guadeloupe. Elle détient, de ce fait, un patrimoine historique et culturel hors du commun. Une visite de l’église Saint-Jean-Baptiste s’impose lors de votre prochain séjour dans l’île.

    Copyright ti.racoon.free.fr

  • Saint John Perse : Le Guadeloupéen Prix Nobel de la littérature

    Originaire de la Guadeloupe, Saint John Perse était non seulement reconnu dans sa carrière de diplomate, mais aussi pour ses œuvres littéraires, dont il a été d’ailleurs été récompensé par un prix Nobel. Voici le parcours de cet homme exceptionnel qui a réussi à mener de front avec succès deux vies différentes.

Haut de page