L’architecture multiculturelle de la Guadeloupe

La Guadeloupe présente une culture architecturale riche. Cette dernière est victime depuis 2009 de la grève générale qui a touché le département cette année-là.

La grève a provoqué la fuite des investisseurs. La grande majorité des agences ont perdu plus de la moitié de leur chiffre d’affaires. Le secteur de la construction se focalisait jusque-là sur le marché du logement social, mais celui-ci aussi est en crise.

Heureusement, d’importants projets urbains sont lancés en attendant le grand retour des investisseurs qui devrait s’effectuer début 2013.

Le style créole

Apparue dans les années 1850, la case créole est synonyme d’abolition de l’esclavage. Les anciens esclaves devenus libres se sont appropriés les terres disponibles en Guadeloupe pour y bâtir des maisons à leur image. La case la plus commune est la « dé pyes kaz » ou la case à deux pièces. Elle est montée autour d´une base en bois. Elle est composée de deux portes et d´un toit pentu pour supporter la saison des pluies.

En ville, on retrouve des maisons dites "maisons hautes" et "maisons basses". Elles symbolisent l´architecture urbaine de Guadeloupe. Elles sont construites sur le même principe que la case mais comportent un ou deux étages. Les bâtiments de Guadeloupe sont composés d´une multitude de petits détails qui rendent les habitations personnelles. La Guadeloupe subit naturellement une influence panaméricaine et européenne sur sa culture.

Une touche européenne !

Les architectes guadeloupéens suivent une formation française et doivent répondre aux normes françaises. C´est à la fois une opportunité et une contrainte, puisque la législation française n´est pas toujours en accord avec les exigences climatiques du département. L´influence se ressent aussi et surtout dans le choix des matériaux (bois, aluminium...) et des produits (sanitaires, peintures...) qui proviennent pour la plupart d´Europe.

Une déco hétéroclite

Il arrive très fréquemment pour des français de métropole, d´importer des objets de Guadeloupe pour donner un peu plus d´exotisme à leur décoration intérieure ; et pour des guadeloupéens d´importer des objets de l’hexagone. Ce mélange des cultures dans un même pays est fascinant. Il est possible de trouver des objets d´ailleurs sur Internet. Or il est conseillé d´être très vigilent quant à la transaction financière sur internet. Pour eBay, utilisez Paypal, qui assure la protection de votre paiement et de vos coordonnées bancaires.

Il est très intéressant de constater l’influence créole, européenne et américaine qui agit sur l´architecture et la décoration guadeloupéenne !

Autres articles à lire

  • Les Bois Ipé et Padouk, deux élements décoratifs pour votre terrasse

    Figurant dans la catégorie des Bois exotiques, le bois Ipé et le bois Padouk sont courants en Guadeloupe pour couvrir la terrasse et le bord de la piscine. Très résistants, ces deux matériaux peuvent être utilisés pour des meubles, du parquet et également pour la fabrication de navire.

  • Gildas Loyant, un peintre exceptionnel

    Guadeloupéen d’adoption, Gildas Loyant figure parmi les plus grands créateurs officiant dans l’archipel. À la fois peintre, décorateur et architecte, Gildas Loyant a su faire sa place dans le monde de la décoration, il bénéficie désormais d’une reconnaissance mondiale grâce à la qualité et à l’authenticité de ses œuvres.

  • Trouver le canapé idéal pour son salon

    Le canapé est un meuble primordial et incontournable dans la salle de séjour. Les invités, les amis, les proches, la famille doivent s’y sentir à l’aise pour y passer de bons moments ensemble. En tant que partie intégrante de la décoration d’intérieur, son choix n’est pas à faire à la légère.

  • Des idées pour fabriquer des luminaires design

    Concevoir des luminaires design est tout à fait possible. Équipez-vous de quelques vieux objets que vous conservez dans votre grenier, le travail est tout simple. Voici quelques idées à mettre en œuvre chez soi.

  • Entretien des meubles en bambou, en rotin et en osier

    Souvent laissés dans le jardin ou sur la terrasse, notamment pendant les beaux jours, les meubles en rotin, en bambou et en osier sont exposés aux différentes intempéries et aux variations climatiques. Pour éviter qu’ils ternissent et qu’ils perdent leur éclat, sans compter les traces de moisissure, il est donc important de bien les entretenir. Nos conseils pour préserver toute la beauté de vos meubles.

Haut de page