Le charme guadeloupéen à travers le zouk

Né aux Antilles, le zouk est un style de musique accompagné d’une danse corporelle expressive et sensuelle. Plusieurs artistes guadeloupéens se sont tournés vers ce style qui représente d’une certaine manière l’état d’esprit de ce territoire d’outre-mer situé dans la mer des Caraïbes. Ainsi, l’ambiance chaleureuse, la douceur et la sensualité, le bien-être et la détente, sont des qualificatifs de la Guadeloupe, dont le charme tropical se retrouve notamment à travers le zouk, dont la majorité des textes parle d’amour.

Les débuts du zouk

Considéré comme les précurseurs du zouk, le groupe Kassav’ a créé le genre musical dans les années 70 en s’inspirant du beguin et de la cadence-lypso. Leur album « Love and Ka dance » marque alors le début d’un style qui évoluera et se métamorphosera au fil des générations, et se créera des variantes fusionnées avec d’autres genres musicaux, modernes et internationaux. On retrouve alors aujourd’hui plusieurs variantes du zouk, tels que le Ragga-Zouk, la Soul-Zouk, le Zouk-R’n’B, le Zouk-Rap ou le Zouk-électro, dernière génération créée en 2010.

C’est dans les années 80 que le zouk se popularise vraiment aux Antilles, et s’exporte rapidement dans la métropole française. Le mémorable titre « Kolé Séré » de Philippe Lavil et Jocelyne Béroard, disque d’or en France, et « Maldon » de Zouk Machine furent des tubes qui ont poussé le public à s’intéresser au zouk. Les singles obtiennent alors les prestigieux disques d’or et de platine.

Le zouk par les artistes guadeloupéens

Parmi les grands noms du zouk guadeloupéen, on retrouve évidemment Kassav’, mais aussi Francky Vincent, qui s’est démarqué notamment par ses textes très érotiques, et l’ajout d’une sensualité évidente dans le style musical. Sa musique intègre très vite la culture antillaise, et est appréciée par les touristes en raison des textes percutants et sans tabou.

De la Guadeloupe, il y a également Jocelyne Labille et Tanya Saint-Val, qui se sont plutôt tournées vers le zouk love, une variante plus langoureuse et plus lente. Vers la fin des années 90, les voix féminines de ces artistes accentuent une ambiance chaleureuse qui rappelle la douceur des îles antillaises. Leur carrière est rapidement lancée, entraînant plusieurs partenariats et duos avec des chanteurs confirmés. Il y a également Slaï, qui s’est fait connaître par le titre « Flamme », et par la suite, plusieurs albums, dont « Florilèges » qui lui a valu le double disque d’or.

Autres articles à lire

  • Les petits métiers en Guadeloupe

    Le progrès de la technologie actuelle est loin de faire disparaître les petits métiers qui permettent à beaucoup de gens de gagner leur vie quotidienne. En Guadeloupe, l’ébénisterie de Pointe Noire et certains petits métiers informels sont encore incontournables compte-tenu de leur place dans le contexte socio-économique.

  • Musique créole : Le Gwoka

    La Guadeloupe est indissociable de l’exotisme. Cela est aussi valable sur le plan culturel. Le Gwoka, qui est la musique traditionnelle de la Guadeloupe, est absolument à découvrir lors d’un séjour sur l’île papillon.

  • Baie des Flamboyants : une série TV aux couleurs de la Guadeloupe

    Les passionnées de telenovela connaissent aujourd’hui « Baie des Flamboyants », une adaptation française de la série mexicaine intitulée « Codigo Postal ». Diffusée pour la première fois en 2007, la série met en scène six familles guadeloupéennes ainsi que des jeunes. Baie des flamboyants est aujourd’hui diffusé sur France Ô.

  • Coiffures et costumes caractéristiques de la Guadeloupe

    Tant dans leur manière de s’habiller que de se coiffer, les Guadeloupéennes ont toujours sur mettre en avant leurs plus beaux atouts. Coquettes, indolentes et non moins gracieuses, les femmes antillaises se parent de madras, de diverses et élégantes coiffes.

  • Ce qu’il faut savoir sur le Ti-punch

    Véritable institution aux Antilles, le Ti-punch est une boisson alcoolisée composée d’un fond de sucre de canne, de deux doigts de rhum blanc et d’un filet de jus de citron. Le mot Ti-Punch veut dire « petit punch », ce qui indique un punch ordinaire, à la différence des préparations élaborées des autres cocktails.

Haut de page