Ce qu’il faut savoir sur le Ti-punch

Véritable institution aux Antilles, le Ti-punch est une boisson alcoolisée composée d’un fond de sucre de canne, de deux doigts de rhum blanc et d’un filet de jus de citron. Le mot Ti-Punch veut dire « petit punch », ce qui indique un punch ordinaire, à la différence des préparations élaborées des autres cocktails.

Le cérémonial du Ti-punch

Il est quasiment impossible de ne pas goûter au Ti-punch lorsqu’on séjourne en Guadeloupe. Ce serait comme voyager en Chine sans goûter à la saveur d’un bon thé chinois. Le rhum est la boisson préférée des Antillais. Il se consomme tôt le matin, dans ce cas on l’appelle « décollage », à l’apéritif ou en fin de soirée. Bref, on y boit du rhum à n’importe quelle heure de la journée et de la nuit. En Guadeloupe, le Ti-punch est une boisson traditionnelle. Son mode de consommation doit respecter certaines règles de cérémonie. Le buveur prend le temps de faire tourner le liquide pour bien le mélanger avant de le boire d’un coup de poignet sec. Normalement, le Ti-punch se consomme sans glaçon.

Comment préparer le Ti-punch ?

Dans la recette traditionnelle, on doit ajouter un peu d’eau sur le sucre pour qu’il s’imprègne de l’arôme du citron. Celui-ci doit également venir d’un citronnier particulier. En Guadeloupe, on préfère des petits citrons vert clair qui sont moins amers. Ces citrons ont la particularité de beaucoup d’arôme. Le sucre de canne doit être roux et non-raffiné. À la place du sucre, on peut utiliser le sirop de batterie. C’est un jus de canne pur que l’on obtient par évaporation. Quant au rhum blanc, il doit provenir d’un pur jus de canne à sucre.

Le Ti-punch dans la vie sociale

Le Ti-punch joue un rôle important dans la vie sociale des Antillais. Il est souvent proposé dans les fêtes locales. C’est également une boisson masculine qui se consomme dans une atmosphère très décontractée, dans un bar ou chez un ami intime. En effet, il ne doit pas être servi à table ou chez un convive. Il existe quelques variantes du Ti-punch, à savoir le vieux punch (citron, sucre et vieux rhum) ou le planteur (un cocktail de jus de fruits tropicaux auquel on a ajouté un peu de rhum).

Autres articles à lire

  • Portrait d’artiste : Joël Nankin, du talent à n’en plus finir

    Né le 4 mars 1955 à Pointe-à-Pitre et issu d’une famille modeste, Joël Nankin est un artiste pour qui le talent n’a pas de limites. Musicien dans la peau, il est également un activiste politique intègre qui a lutté pour l’indépendance de la Guadeloupe, avant de devenir un peintre hors pair.

  • Le charme guadeloupéen à travers le zouk

    Né aux Antilles, le zouk est un style de musique accompagné d’une danse corporelle expressive et sensuelle. Plusieurs artistes guadeloupéens se sont tournés vers ce style qui représente d’une certaine manière l’état d’esprit de ce territoire d’outre-mer situé dans la mer des Caraïbes. Ainsi, l’ambiance chaleureuse, la douceur et la sensualité, le bien-être et la détente, sont des qualificatifs de la Guadeloupe, dont le charme tropical se retrouve notamment à travers le zouk, dont la majorité des textes parle d’amour.

  • Le rhum : la boisson nationale de la Guadeloupe

    Le rhum de la Guadeloupe a gagné sa lettre de noblesse pour son goût particulier à base de canne à sucre et par sa qualité exceptionnelle.

  • Saint John Perse : Le Guadeloupéen Prix Nobel de la littérature

    Originaire de la Guadeloupe, Saint John Perse était non seulement reconnu dans sa carrière de diplomate, mais aussi pour ses œuvres littéraires, dont il a été d’ailleurs été récompensé par un prix Nobel. Voici le parcours de cet homme exceptionnel qui a réussi à mener de front avec succès deux vies différentes.

  • La danse en Guadeloupe

    La Guadeloupe est réputée pour la richesse de son folklore et les rythmes de danse qui y sont liés. Les déhanchements et les pas de danse esquissés par les Guadeloupéennes durant les différentes fêtes populaires étonneront toujours les visiteurs de passage dans l’archipel. Zoom sur ces types de danse qui particularisent la Guadeloupe.

Haut de page