Le rhum agricole : fierté de la Guadeloupe

À la différence du rhum industriel qui est produit à partir des résidus de la fabrication sucrière, la mélasse, le rhum agricole est directement distillé à partir du jus de canne, lui conférant ainsi un gout inimitable. Dans la plus pure tradition antillaise, plusieurs rhumeries guadeloupéennes produisent toujours ce breuvage traditionnel, à apprécier avec modération bien évidemment.

Fabriquer le rhum agricole : tout un art

Pour obtenir le vesou, qui est le jus de canne obtenu après presse, on passe une première fois la canne à sucre dans une presse. Le résidu de canne que l’on appelle bagasse est ensuite passé sous broyeur afin d’obtenir le jus restant après la presse. La bagasse restante est par la suite utilisée comme combustible qui servira de source d’énergie à la distillerie. L’extraction du vesou doit se faire au plus tard 36 heures après la coupe afin de garder tout l’arôme et le sucre de la canne.

Après l’extraction du vesou se déroule la distillation qui consiste à élever le degré d’alcool de la boisson. Pour un rhum labellisé AOC, seules les levures Saccharomyces sont autorisées pour la fermentation. Après 24 h, le vin de canne titre 5° d’alcool. La distillation permet ensuite d’obtenir un degré d’alcool de 70° qui sera dilué pour être consommable. Un rhum agricole titre en général entre 40° et 55°.

Les différentes catégories de rhum agricole

À la sortie de la distillerie, le rhum est totalement transparent et doit passer par une étape de maturation. Pour obtenir le rhum blanc, une maturation de trois mois en fut de chêne de très grande capacité (foudre) est nécessaire avant l’embouteillage. De l’eau distillée est utilisée pour obtenir le titrage désiré. Pour obtenir le rhum paille, une maturation de 18 mois est nécessaire.

Pour obtenir le rhum ambré, dont la couleur caractéristique s’associe à une senteur enivrante, un séjour de trois ans en foudre de chêne est exigé. Au-delà de cette période, on peut parler de vieux rhum. Dans les rhumeries, on peut trouver des rhums vieux qui ont séjourné plus de vingt ans et qui acquièrent une grande valeur marchande. Les cuvées les plus exceptionnelles sont âgées de plus de 50 ans.

Autres articles à lire

  • Histoire de la Guadeloupe : de l’ère précolombienne à nos jours

    Bien avant la découverte par Christophe Colomb, le 3 novembre 1493, la Guadeloupe était déjà une terre habitée. Son histoire a connu des péripéties souvent sanglantes.

  • Terre de Blues, Festival musical de Marie-Galante

    Terre de Blues n’est autre que la plus grande fête musicale de Marie Galante en Guadeloupe. Après 10 années, le grand festival devient un événement international. La prochaine édition se déroulera du 21 au 24 mai 2010.

  • Hip Hop Sessions, un événement annuel consacré à la danse urbaine

    La Guadeloupe ne s‘anime pas uniquement au rythme du gwoka et autres musiques traditionnelles antillaise. La culture insulaire de cette région tropicale de la France a su s’enrichir des différentes influences modernes. Pour preuve, la Guadeloupe accueille chaque année l’événement Hip Hop Sessions qui se déroule à Pointe-à-Pitre.

  • Célébration de l’anniversaire de l’abolition de l’esclavage en Guadeloupe

    Quoi de mieux que l’anniversaire de l’abolition de l’esclavage pour faire la fête ! Comme Mayotte et la Martinique, la Guadeloupe se réjouit de cet événement unique. Autour de la date du 27 mai, les festivités s’enchaînent. Suivez le guide !

  • Musée du café et le punch Mabi

    Pays riche en matières premières, la Guadeloupe a l’avantage de créer des industries de transformations de produits agricoles en produits industriels. Parmi les multitudes d’entreprises qui existent dans le pays, parlons du musée du café ; le café CHAULET et le PUNCH MABI par exemple.

Haut de page