Le rhum agricole : fierté de la Guadeloupe

À la différence du rhum industriel qui est produit à partir des résidus de la fabrication sucrière, la mélasse, le rhum agricole est directement distillé à partir du jus de canne, lui conférant ainsi un gout inimitable. Dans la plus pure tradition antillaise, plusieurs rhumeries guadeloupéennes produisent toujours ce breuvage traditionnel, à apprécier avec modération bien évidemment.

Fabriquer le rhum agricole : tout un art

Pour obtenir le vesou, qui est le jus de canne obtenu après presse, on passe une première fois la canne à sucre dans une presse. Le résidu de canne que l’on appelle bagasse est ensuite passé sous broyeur afin d’obtenir le jus restant après la presse. La bagasse restante est par la suite utilisée comme combustible qui servira de source d’énergie à la distillerie. L’extraction du vesou doit se faire au plus tard 36 heures après la coupe afin de garder tout l’arôme et le sucre de la canne.

Après l’extraction du vesou se déroule la distillation qui consiste à élever le degré d’alcool de la boisson. Pour un rhum labellisé AOC, seules les levures Saccharomyces sont autorisées pour la fermentation. Après 24 h, le vin de canne titre 5° d’alcool. La distillation permet ensuite d’obtenir un degré d’alcool de 70° qui sera dilué pour être consommable. Un rhum agricole titre en général entre 40° et 55°.

Les différentes catégories de rhum agricole

À la sortie de la distillerie, le rhum est totalement transparent et doit passer par une étape de maturation. Pour obtenir le rhum blanc, une maturation de trois mois en fut de chêne de très grande capacité (foudre) est nécessaire avant l’embouteillage. De l’eau distillée est utilisée pour obtenir le titrage désiré. Pour obtenir le rhum paille, une maturation de 18 mois est nécessaire.

Pour obtenir le rhum ambré, dont la couleur caractéristique s’associe à une senteur enivrante, un séjour de trois ans en foudre de chêne est exigé. Au-delà de cette période, on peut parler de vieux rhum. Dans les rhumeries, on peut trouver des rhums vieux qui ont séjourné plus de vingt ans et qui acquièrent une grande valeur marchande. Les cuvées les plus exceptionnelles sont âgées de plus de 50 ans.

Autres articles à lire

  • Teddy Riner, le champion originaire des Abymes

    Du haut de ses 2,04 m, Teddy Riner est l’un des judokas français les plus talentueux. De nombreux médias s’accordent d’ailleurs à dire qu’il est le successeur de David Douillet, une légende du sport français. Avec cinq titres de champion du monde, Teddy conquiert également l’or des les Jeux olympiques de Londres 2012. Portrait d’un immense combattant.

  • La « Fèt A Kabrit » les 30 et 31 mars 2013 à La Désirade

    L’île de la Désirade se prépare déjà à accueillir la 12ème édition de « Fèt A Kabrit » pour cette année 2013. Se déroulant les 30 et 31 mars prochains, cet évènement grandiose sera une opportunité à saisir pour découvrir l’île autrement.

  • La biguine, une musique aux origines multiples.

    Si les touristes viennent nombreux en Guadeloupe, ce n’est pas seulement pour sa faune et sa flore généreuse, ou pour ses plats succulents. Ils font également le déplacement pour s’enivrer de musique tropicale, et la Guadeloupe est riche en la matière, avec un style pour lequel une danse à deux s’avère inévitable : la biguine. Mais d’où vient–elle exactement ?

  • La salsamania en Guadeloupe du 09 au 11 novembre 2012

    Le Salsamania de Guadeloupe est un meeting international de salsa organisée par l’association SALSAMANIA. Pour sa quatrième édition, cette manifestation verra la participation d’artistes venant des États-Unis, d’Europe, de Guyane ainsi que des pays de la Caraïbe.

  • Les joyaux culinaires de la Guadeloupe en tête d’affiche !

    Véritable bijou des Antilles, la Guadeloupe est une terre d’une richesse inexprimée. Bercée par les alizés, notre région d’outre-mer recense une impressionnante quantité de produits tropicaux parfumés qui méritent d’être mis en exergue.

Haut de page