Zoom sur la pêche au lambi

Coquillage incontournable des terres caribéennes, le lambi est un composant traditionnel de la cuisine guadeloupéenne. Aujourd’hui presque invisible des étals, ce mollusque fait l’objet d’une réglementation très stricte.

Une chair délicieuse qui a presque disparu

La dégustation d’un plat à base de lambi est aujourd’hui un immense privilège qui a failli cesser à la suite d’une exploitation anarchique de cette ressource maritime au cours des décennies précédentes. Disponible uniquement entre le 1er octobre et le 31 janvier, ce gastéropode est exploitable par les seuls professionnels référencés. À plus de 25 mètres de profondeur, sa pêche est interdite et il faut se cantonner aux spécimens dont le pavillon de la conque est bien formé et dont le poids de la chair excède 250 g. Les visiteurs doivent donc faire attention à ne pas ramasser ni acheter hors des circuits habilités la chair ou la conque de cette espèce sous peine de payer des amendes pouvant aller jusqu’à 22.500 euros. Il est tout à fait possible de demander au restaurateur ou au vendeur la facture qui prouve l’origine légale du lambi.

Le fricassé de lambi : une recette à succès

Parmi les nombreuses recettes de lambi disponibles, le fricassé remporte un grand succès auprès des particuliers et des restaurateurs. Si vous avez la chance d’avoir du lambi frais à votre disposition, voici une recette pour exalter le goût de ce mollusque à la saveur très fine.

Pour quatre personnes, il vous faudra :

-  1 kg de lambi, soit à peu près quatre pièces nettoyées
-  2 citrons verts
-  2 petits oignons
-  2 tomates
-  3 gousses d’ail
-  1 bouquet garni
-  de l’huile
-  du piment

Pour la préparation d’un fricassé de lambi, la principale précaution est d’éviter que le mollusque ne soit texturé et caoutchouteux. Cela rendrait l’expérience de dégustation désagréable. Si chaque famille a sa technique secrète, la marinade du lambi dans le jus de la moitié d’un citron avec de l’ail et du sel est une solution facile.

Après avoir mariné le lambi, découpez-le en morceau et faites-les revenir dans une cocotte préalablement agrémentée d’un filet d’huile. Ajoutez-y les tomates découpées et les oignons émincés puis remuez régulièrement pendant environ cinq minutes.

Lorsque le lambi commence à se colorer, assaisonnez-le avec du sel et du poivre ainsi que de l’ail pilé. Ajoutez par la suite deux à trois verres d’eau et couvrez. Laissez mijoter une heure environ en ajoutant un peu d’eau si nécessaire. Vérifiez si les morceaux sont bien tendres et concluez la cuisson par le jus de citron et le piment.

Autres articles à lire

  • S’initier au Birdwatching en Guadeloupe

    Le Birdwatching, qui signifie littéralement regarder les oiseaux, est une activité qui permet de les découvrir dans leur environnement naturel. Elle peut être pratiquée toute l’année et est accessible à tout le monde.

  • Le racoon : la mascotte de la faune guadeloupéenne

    Parmi les merveilles touristiques à découvrir en Guadeloupe, la faune se range incontestablement aux premières loges. Coup de projecteur sur le racoon, une espèce de raton laveur considéré depuis des années comme la figure représentative de la faune guadeloupéenne.

  • L’Aquaculture en Guadeloupe

    L’aquaculture comprenant l’élevage des coquillages (conquiculture), des moules (myciculture), des huîtres (ostréiculture), des poissons (pisciculture) a pour objectif d’étudier, de suivre le développement et la reproduction de différentes espèces. Cette technique est également une opportunité de faire un élevage industriel des espèces aquatiques sans compromettre l’équilibre naturel des océans et des rivières.

  • L’iguana delicatissima, une espèce endémique de la Guadeloupe

    La Guadeloupe est réputée abriter une faune dont certaines espèces sont endémiques. Il en est ainsi de l’iguana delicatissima que les touristes peuvent découvrir à Petite-Terre. Cette espèce fait actuellement l’objet de mesures de protection exceptionnelles.

  • Faites connaissance avec l’avifaune de la Guadeloupe

    La Guadeloupe réserve d’incroyables surprises aux ornithologues en herbe ! Elle héberge en effet une multitude d’espèces d’oiseaux qui représentent la majeure partie de la population de vertébrés terrestre de l’archipel.

Haut de page