Les oiseaux de la Guadeloupe

Selon des chiffres publiés très récemment, la Guadeloupe abriterait un peu plus de 275 espèces d’oiseaux. Parmi ces oiseaux, certains sont dits nicheurs, certains sont sédentaires, d’autres sont dits migrateurs réguliers tandis que d’autres encore sont dits erratiques ou y ont été introduits.

Les oiseaux nicheurs non sédentaires

Ces espèces sont qualifiées ainsi en raison du fait qu’ils ne sont pas présents en Guadeloupe tout au long de l’année. Il s’agit plus particulièrement d’environ une dizaine d’espèces d’oiseux de mer, telles que les sternes, les phaétons et les puffins qui y séjournent uniquement pour nicher. Le gros martinet noir ou encore l’hirondelle des Antilles y nichent également avant de migrer dans le Sud.

Les oiseaux introduits et erratiques

Les oiseaux introduits sont généralement des échappés de volières, à l’instar de la tourterelle turque qui est devenue très invasive en Guadeloupe, des Psittacidés, comme les amazones et les perruches, et des Estrildés. Les oiseaux dits erratiques sont, quant à eux, des espèces dont la route habituelle de migration s’est vue déviée. Il s’agit d’oiseaux qualifiés de migrateurs occasionnels, car ils sont généralement présents lors de bouleversements climatiques. C’est le cas notamment de la Spatule rosée et de la Barge marbrée.

Les oiseaux sédentaires

La liste des oiseaux présents sur l’archipel guadeloupéen compte 13 espèces endémiques des Petites Antilles. Citons entre autres le Pic de la Guadeloupe qui, soulignons-le, est une espèce endémique de la Guadeloupe, le Martinet chiquesol, la Paruline caféiette, le Colibri madère, le Moqueur grivotte, le Saltator gros bec, la Moucherolle gobe-mouches, etc. Ces espèces sont ainsi dites sédentaires, car elles sont présentes en Guadeloupe tout au long de l’année, mais ne s’y reproduisent pas.

Les oiseaux migrateurs réguliers

L’avifaune guadeloupéenne recense des espèces d’oiseaux dits migrateurs réguliers, au nombre de 60 environ. Il s’agit en l’occurrence du Martin-pêcheur d’Amérique, de nombreux limicoles ou encore des oiseaux de la même famille que les aigrettes ou les hérons. Il semblerait aussi que certains oiseaux en état d’affaiblissement ou d’immaturité, ou encore ayant été grièvement blessés aient tendance à passer la saison hivernale en Guadeloupe avant de rejoindre leur destination.

Autres articles à lire

  • Le racoon : la mascotte de la faune guadeloupéenne

    Parmi les merveilles touristiques à découvrir en Guadeloupe, la faune se range incontestablement aux premières loges. Coup de projecteur sur le racoon, une espèce de raton laveur considéré depuis des années comme la figure représentative de la faune guadeloupéenne.

  • Zoom sur le projet de réintroduction du lamantin en Guadeloupe

    Le lamantin des Antilles a disparu des eaux guadeloupéennes depuis le 20e siècle. Un projet est actuellement mis en œuvre pour réintroduire ce mammifère dans la réserve naturelle localisée dans le Grand-Cul-de-sac marin.

  • Les trésors de la faune Guadeloupéenne

    Mis à part les belles plages, le soleil et la mer, il semble important, avant de s’y rendre, de connaître ce qui constitue les trésors de la faune du paradis guadeloupéen. Voici quelques animaux qui méritent d’être mieux connus.

  • Visiter le jardin de Cantamerle

    La Guadeloupe est réputée pour la beauté de ses jardins qui s’ouvrent généralement à la curiosité des touristes de passage durant les week-ends. Lors de votre prochain voyage, ne manquez pas de visiter le jardin de Cantamerle.

  • Vingt ans de protection des tortues marines, de 1991 à 2011

    Les initiatives prises en 1991 pour la protection totale des tortues marines en Guadeloupe ont permis à nouveau leur multiplication dans les eaux de l’archipel.

Haut de page