Musée Schoelcher : musée d’art et d’histoire sur l’abolition de l’esclavage

Premier musée de la Guadeloupe, le musée Schoelcher expose les détails de la vie et les œuvres de Victor Schoelcher, et retrace l’histoire de l’esclavage en Guadeloupe.

La vie de Victor Schoelcher

Victor Schoelcher, né le 21 juillet 1804, était le fils d’un fabricant de porcelaine français. Il avait effectué plusieurs voyages dans le monde entier en Europe, en Afrique et dans les Antilles entre 1830 et 1847 afin de représenter la fabrique paternelle. Il découvrit les réalités de l’esclavage en 1829 lors de son voyage en Guadeloupe. Victor Schoelcher a commencé à lutter contre l’abolition de l’esclavage en 1830 en publiant une déclaration antiesclavagiste. Son périple s’est poursuivi jusqu’au Sénégal où il avait visité l’île de Gorée en 1847.

Partisan convaincu de l’antiesclavagisme, Victor Schoelcher présida la commission responsable de l’abolition de l’esclavage dans les Antilles en mars 1848 et initia le décret d’abolition en avril 1848. Il fut par la suite nommé député de Guadeloupe suivant trois années successives. Il décéda en Houilles en décembre 1893 et ses cendres se trouvent au Panthéon à Paris depuis 1949. Victor Schoelcher est le symbole de la lutte et de l’affranchissement contre l’esclavage et la Guadeloupe lui rend hommage tous les 21 juillet de chaque année.

Les expositions au musée Schoelcher

Victor Schoelcher fit en 1883 un don de ses collections au Conseil Général de la Guadeloupe. Cette donation inclut divers objets d’art et culturels amassés lors de ses voyages, tels que des statuettes, des masques ou des médaillons ainsi que des objets en porcelaine. La construction d’un musée a été décidée par le Conseil et le musée Schoelcher fut inauguré en 1887. Il expose une partie des objets offerts en dons par Victor Schoelcher car une autre partie a été perdue lors du cyclone de 1928. Le musée conserve également tous les documents historiques relatifs à l’esclavage.

Des expositions thématiques temporaires ainsi que des expositions d’art contemporain sont organisées périodiquement dans le musée Schoelcher. Localisé à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe, le musée est ouvert tous les jours de 9h à 17h, à l’exception des week-ends et des jours fériés. Il est néanmoins ouvert le 21 juillet, jour de commémoration de l’abolitionniste, et le 19 et 20 septembre, jours du patrimoine. Le droit d’entrée s’élève à 2 euros par personne. Les étudiants, les groupes de plus de 15 personnes et les mineurs bénéficient d’un demi-tarif.

Autres articles à lire

  • Histoire de la Guadeloupe : de l’ère précolombienne à nos jours

    Bien avant la découverte par Christophe Colomb, le 3 novembre 1493, la Guadeloupe était déjà une terre habitée. Son histoire a connu des péripéties souvent sanglantes.

  • Un voyage en Guadeloupe : une occasion de s’imprégner de sa culture, de son âme

    La particularité de sa culture fait, depuis longtemps, la réputation de la Guadeloupe qui attire un nombre sans cesse croissant de visiteurs, avides de découvrir toutes les facettes de l’Ile Papillon. Un voyage en Guadeloupe représente idéalement l’occasion de s’imprégner de sa culture, de son âme.

  • Les joyaux culinaires de la Guadeloupe en tête d’affiche !

    Véritable bijou des Antilles, la Guadeloupe est une terre d’une richesse inexprimée. Bercée par les alizés, notre région d’outre-mer recense une impressionnante quantité de produits tropicaux parfumés qui méritent d’être mis en exergue.

  • Ce qu’il faut savoir sur le Ti-punch

    Véritable institution aux Antilles, le Ti-punch est une boisson alcoolisée composée d’un fond de sucre de canne, de deux doigts de rhum blanc et d’un filet de jus de citron. Le mot Ti-Punch veut dire « petit punch », ce qui indique un punch ordinaire, à la différence des préparations élaborées des autres cocktails.

  • Le rhum agricole : fierté de la Guadeloupe

    À la différence du rhum industriel qui est produit à partir des résidus de la fabrication sucrière, la mélasse, le rhum agricole est directement distillé à partir du jus de canne, lui conférant ainsi un gout inimitable. Dans la plus pure tradition antillaise, plusieurs rhumeries guadeloupéennes produisent toujours ce breuvage traditionnel, à apprécier avec modération bien évidemment.

Haut de page