Le madras, plus qu’un tissu, une tradition remise au goût du jour

À leur arrivée à l’aéroport de la Guadeloupe, les visiteurs sont agréablement surpris d’être accueillis par des autochtones qui arborent fièrement leur tenue madras, une tradition remise au goût du jour.

Le madras, un tissu originaire des Indes

Le tissu madras a été introduit en Guadeloupe il y a plus d’un siècle. Il a été importé par les Indiens venus fournir la main-d’œuvre nécessaire au pays lorsque les esclaves ont été libérés de leur asservissement en 1848. Les Guadeloupéennes portent encore, de nos jours, des vêtements traditionnels qui font la particularité des îles antillaises. Durant les jours de fête, les petites filles portent fièrement leur robe en madras ornée de dentelles blanches.

Tissu originaire des Indes, le madras était issu d’un système de tissage artisanal du coton auquel on ajoutait des fibres de bananier. En raison de cette composition unique, il dégage une odeur qui fait sa particularité. Il existait alors deux sortes de tissus. L’un, tissé avec des fils retors importés d’Angleterre, affichait des couleurs vives et chatoyantes. L’autre genre de tissu madras était appelé « mouchoir ». Il est fabriqué avec des fils plats et ne comportait que trois coloris, à savoir le bleu foncé, le rouge et le rose.

Une tradition perpétuée et remise au goût du jour

Le madras qui constituait la pièce essentielle de la tenue traditionnelle antillaise a failli disparaître. Heureusement, certaines personnes passionnées de cette belle matière s’évertuent à perpétuer le madras. Un styliste, installé en Guadeloupe depuis de nombreuses années, et qui organise périodiquement des défilés de mode, privilégie le madras dans ses collections, en y apportant une touche contemporaine.

Un nombre sans cesse croissant de consommateurs s’intéressent aujourd’hui au madras en raison de sa qualité 100 % coton. En marge de la confection vestimentaire, ce tissu est parfaitement adapté à la décoration intérieure et fournit un cachet particulier à l’habitat. Ainsi, les nappes de table, les rideaux et les dessus de lits en madras deviennent de plus en plus en vogue. Des boutiques en ligne proposent actuellement une large gamme d’articles en madras, une façon de remettre ce tissu au goût du jour.

Autres articles à lire

  • Portrait d’artiste : Joël Nankin, du talent à n’en plus finir

    Né le 4 mars 1955 à Pointe-à-Pitre et issu d’une famille modeste, Joël Nankin est un artiste pour qui le talent n’a pas de limites. Musicien dans la peau, il est également un activiste politique intègre qui a lutté pour l’indépendance de la Guadeloupe, avant de devenir un peintre hors pair.

  • La fête patronale des Saintes, un évènement à ne pas manquer

    Programmez un voyage en Guadeloupe au mois d’août pour assister à la fête patronale des Saintes, un évènement à ne pas manquer et que vous garderez longtemps en mémoire.

  • Le Festival Musiciennes en Guadeloupe

    La première édition du festival « Musiciennes en Guadeloupe » s’est déroulé ce mois de mai 2012. Plus qu’un festival, il s’agissait d’une véritable promotion d’une autre facette de la culture musicale.

  • Terre de Blues, Festival musical de Marie-Galante

    Terre de Blues n’est autre que la plus grande fête musicale de Marie Galante en Guadeloupe. Après 10 années, le grand festival devient un événement international. La prochaine édition se déroulera du 21 au 24 mai 2010.

  • Moov’Art, un atelier et une compagnie dynamiques !

    Afin de promouvoir les œuvres de ses membres, l’Atelier Moov’Art organise une porte ouverte, du 15 au 20 juin 2012. Profitons-en pour découvrir cet atelier et cette compagnie, acteurs du dynamisme culturel guadeloupéen.

Haut de page