Visiter le jardin de Cantamerle

La Guadeloupe est réputée pour la beauté de ses jardins qui s’ouvrent généralement à la curiosité des touristes de passage durant les week-ends. Lors de votre prochain voyage, ne manquez pas de visiter le jardin de Cantamerle.

Le jardin de Cantamerle, un site d’exception à découvrir

Le jardin de Cantamerle se trouve au sud de Capesterre Belle Eau, au lieu-dit « L’Habituée » sur le Chemin Édouard Baron. Il est implanté sur la route menant vers les chutes du carbet. C’est une étape incontournable pour tous ceux qui souhaitent explorer ces plus hautes cascades de l’Ile Papillon. Une halte s’impose pour reprendre son souffle, déguster du jus de fruits et découvrir par la suite une multitude d’espèces de fleurs, d’arbres fruitiers, de plantes médicinales ainsi que des épices aux couleurs et aux senteurs particulières.

Le jardin de Cantamerle s’étend sur une vaste superficie de 8.000 m². Le circuit aux épices organisé par le propriétaire des lieux, Marc Péronne, est un programme unique en Guadeloupe. Vous serez émerveillés par les espèces rares du parc floral et par l’arôme enivrant des épices. Laissez-vous tenter par les mélanges inédits fabriqués sur place et qui sont proposés à la vente. Vous aurez ainsi l’occasion de garder pendant quelques semaines toutes les saveurs de cet endroit exceptionnel.

Un endroit ouvert aux visiteurs tous les week-ends

Le jardin botanique regorge de fleurs tropicales. Vous y trouverez des dizaines d’espèces de palmiers, d’orchidées et de plantes ornementales. Au cours de la visite guidée, le propriétaire vous partagera sa passion et vous initiera à la découverte des senteurs délicates des épices qui y sont cultivées, comme la muscade, la cardamome, la cannelle, la vanille et bien d’autres encore. Vous aurez l’occasion de connaître la dénomination de chaque plante médicinale, ainsi que son utilisation.

Une incursion au jardin de Cantamerle vous offre aussi l’opportunité de dénicher des œuvres artisanales uniques en leur genre. Vous pouvez acquérir de nombreux articles en souvenir de votre voyage en Guadeloupe, tels que des calebasses gravées, des colliers de graines, des objets en vannerie. L’endroit est ouvert aux visiteurs du vendredi au dimanche de 9h30 à 17h. Le tarif est de 5 euros l’entrée pour toute personne âgée de plus de 18 ans. Si vous souhaitez avoir des renseignements complémentaires, voici les coordonnées du lieu :

Adresse : L’Habituée 97130 CAPESTERRE-BELLE-EAU

Tel : 0590 86 44 13

Fax : 0590 86 85 85

Autres articles à lire

  • S’initier au Birdwatching en Guadeloupe

    Le Birdwatching, qui signifie littéralement regarder les oiseaux, est une activité qui permet de les découvrir dans leur environnement naturel. Elle peut être pratiquée toute l’année et est accessible à tout le monde.

  • Zoom sur le projet de réintroduction du lamantin en Guadeloupe

    Le lamantin des Antilles a disparu des eaux guadeloupéennes depuis le 20e siècle. Un projet est actuellement mis en œuvre pour réintroduire ce mammifère dans la réserve naturelle localisée dans le Grand-Cul-de-sac marin.

  • L’invasion des poissons lions en Guadeloupe

    Le poisson lion (Pterois volitans), connu également sous le nom de « rascasse volante », est une espèce venimeuse. On l’a recensé dans les eaux marines guadeloupéennes en septembre 2010. Elle représente un danger, car son venin est fort et dangereux.

  • La faune guadeloupéenne : un spectacle extraordinaire

    La Guadeloupe est une destination de rêve pour les amoureux de la nature rêvant de découvrir une faune et une flore exceptionnelles. Coup de projecteur sur les insectes et les reptiles faisant de la Guadeloupe une destination phare de l’écotourisme.

  • L’Aquaculture en Guadeloupe

    L’aquaculture comprenant l’élevage des coquillages (conquiculture), des moules (myciculture), des huîtres (ostréiculture), des poissons (pisciculture) a pour objectif d’étudier, de suivre le développement et la reproduction de différentes espèces. Cette technique est également une opportunité de faire un élevage industriel des espèces aquatiques sans compromettre l’équilibre naturel des océans et des rivières.

Haut de page