Glawdys N’Dee, la voix guadeloupéenne du jazz

La Guadeloupe regorge de nombreux artistes talentueux. Découvrez Glawdys N’Dee, encore inconnue il y deux ans et aujourd’hui, fierté de toute une population.

Les débuts de Glawdys N’Dee

Née en Guadeloupe, c’est avec la chorale de l’église que Glawdys N’Dee découvre son talent vocal et se passionne rapidement pour la musique. À quatorze ans, elle se présente à une audition organisée par un chanteur créole de grande renommée, Daniel Forestal, et un jazzman international, André Condouant. Sélectionnée parmi 80 participants, elle rencontre de nouvelles facettes de la culture musicale et découvre le jazz à travers Nina Simone et Ella Fitzgerald. Après ses études, elle déménage en Métropole où elle perfectionne son talent. Elle intègre alors le groupe Gospel Difference qui lui a permis de monter sur scène pour la première fois.

Tout d’abord choriste, elle devient rapidement soliste et participe à de nombreux festivals de Jazz. Pas encore pleinement satisfaite, elle quitte le groupe pour Chicago, le berceau du jazz, où elle rencontre le pianiste Calvin Koco Brunson et avec qui elle fonde The Lyannaj Ensemble of Chicago. Riche en expériences diversifiées, elle est prête à faire carrière et se tourne définitivement vers la composition. Si ses œuvres sont exceptionnelles, c’est parce que son identité musicale est le fruit du mariage de plusieurs influences, allant de sa Caraïbe natale au style américain en passant par le style européen.

« Lyannaj », l’album de la reconnaissance

Sortie en novembre 2011 en France et aux Antilles, le premier album de Glawdys N’Dee, « Lyannaj » est un chef-d’œuvre musical. On y retrouve de nombreux genres musicaux, tels que le zouk, le gwo-ka, la soul et bien sur le jazz, et les morceaux sont chantés en trois langues, le créole, le français et l’anglais. À travers cet album, elle rend hommage à ses racines. On peut alors y entendre de nombreuses sonorités africaines, telles que la force du son des percussions, menées par le Guadeloupéen Frantz Fléreau.

Mais l’émotion ne serait pas à son comble sans la puissance et la chaleur de la voix de l’artiste. Cet album exceptionnel n’est pas passé inaperçu puisqu’il a permis à l’artiste d’être nominée aux Grammy Awards de 2011 dans 5 catégories : meilleur album de l’année, meilleur nouvel artiste, meilleure chanson de l’année, meilleur enregistrement de l’année et meilleur album de jazz. Aujourd’hui, Glawdys N’Dee est une référence au Guadeloupe, un exemple à suivre pour de nombreux jeunes artistes.

Autres articles à lire

  • Le mouvement culturel Akiyo

    Groupe culturel, association militante, groupe musical guadeloupéen, découvrez comment Akiyo s’est imposé dans le monde, au nom de toute une population.

  • Le musée La Bitasyon - Costumes et traditions en Guadeloupe

    Le musée La Bitasyon-Costumes et traditions a ouvert ses portes le 25 octobre 2008, grâce à l’initiative de Camélia Bausivoir-Garcia et Claude Bausivoir après plusieurs années de recherches sur la culture de la Guadeloupe.

  • La biguine, une musique aux origines multiples.

    Si les touristes viennent nombreux en Guadeloupe, ce n’est pas seulement pour sa faune et sa flore généreuse, ou pour ses plats succulents. Ils font également le déplacement pour s’enivrer de musique tropicale, et la Guadeloupe est riche en la matière, avec un style pour lequel une danse à deux s’avère inévitable : la biguine. Mais d’où vient–elle exactement ?

  • Jean-Marc Benoît lance la collection Itinéraires

    L’un des stylistes les plus connus de l’île aux belles eaux, Jean-Marc Benoit a présenté sa nouvelle collection, Itinéraires, lors d’un défilé organisé au début du mois d’octobre 2015 à Pointe-à-Pitre.

  • Croyances et objets magiques dans la culture Guadeloupéenne

    A côté du christianisme, la culture de la Guadeloupe est aussi marquée par des croyances d’origines africaines. Il n’est pas étonnant de rencontrer des guadeloupéens craindre les esprits des morts, éviter les poules noires attachées par les pattes et d’autres croyances relatives à des objets magiques. Voici quelques-unes de ces croyances qui font partie intégrante de la culture guadeloupéenne.

Haut de page