La fête des cuisinières en Guadeloupe

Si vous envisagez un voyage en Guadeloupe au mois d’août, vous aurez l’opportunité d’assister à un évènement unique au monde : la fête des cuisinières.

Plongez dans un univers irréel

Célébrée depuis 95 années consécutives, la fête des cuisinières intègre le patrimoine culturel de la Guadeloupe. Elle favorise la rencontre entre les peuples, puisqu’elle attire aussi bien les autochtones que les touristes venus de tous les horizons. Tout ce monde est alors plongé dans un univers irréel où règnent la gastronomie créole authentique et les sons mélodieux d’une musique entraînante.

La fête des cuisinières est l’occasion rêvée pour vous imprégner entièrement de la tradition guadeloupéenne. Les festivités commencent en milieu de matinée par une messe à la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul de Pointe-à-Pitre durant laquelle le prêtre bénit les plats qui ont été amoureusement concoctés par chaque participante. S’ensuit une procession des cuisinières qui défilent fièrement, habillées de leurs plus beaux atours traditionnels. Vous serez émerveillés par le chatoiement des couleurs des robes en madras et des coiffes créoles soigneusement nouées.

La fête des cuisinières en Guadeloupe, un spectacle haut en couleur

Durant le défilé, vous serez bercés par les sons de la musique locale. Vous admirerez l’évolution des participantes qui dansent tout au long de la procession alors qu’elles sont chargées des plats préparés à l’occasion de cette fête annuelle et d’ustensiles de cuisine. D’autres portent des paniers remplis de fleurs, de fruits et de légumes locaux. Un spectacle unique, haut en couleur, que vous garderez longtemps en mémoire !

Le défilé, conduit par les doyennes, mène vers le lieu du banquet où les cuisinières et les spectateurs se côtoient allègrement. C’est non seulement l’occasion de goûter à la gastronomie locale, mais aussi de s’initier aux danses traditionnelles de la Guadeloupe, telle que le gwo ka, la biguine et la mazurka. Vous apprécierez les plats de crabes farcis, de boudins à la créole, de buissons d’écrevisses et d’acras qui ont été préparés dans les règles de l’art, selon des recettes authentiques, jalousement gardées par les Guadeloupéennes. Et pour clore en beauté l’évènement, vous danserez jusqu’à l’aube durant le bal des cuisinières.

Autres articles à lire

  • Le Festival Musiciennes en Guadeloupe

    La première édition du festival « Musiciennes en Guadeloupe » s’est déroulé ce mois de mai 2012. Plus qu’un festival, il s’agissait d’une véritable promotion d’une autre facette de la culture musicale.

  • Cultures d’exportation en Guadeloupe : La canne à sucre et la banane

    Bien que le tiers de la superficie de la Guadeloupe soit consacré à l’agriculture, seules les cultures de la canne à sucre, de ses dérivés et de la banane, jouent un rôle primordial dans l’économie du pays.

  • Portrait d’artiste : Joël Nankin, du talent à n’en plus finir

    Né le 4 mars 1955 à Pointe-à-Pitre et issu d’une famille modeste, Joël Nankin est un artiste pour qui le talent n’a pas de limites. Musicien dans la peau, il est également un activiste politique intègre qui a lutté pour l’indépendance de la Guadeloupe, avant de devenir un peintre hors pair.

  • Terre de blues 2014 : du 6 au 9 juin 2014 à Marie-Galante

    Terre de Blues est l’événement immanquable à Marie-Galante. Se tenant généralement au mois de mai, cet événement aura lieu cette fois-ci au mois de juin pour pouvoir coïncider avec le week-end de Pentecôte.

  • Ce qu’il faut savoir sur le Ti-punch

    Véritable institution aux Antilles, le Ti-punch est une boisson alcoolisée composée d’un fond de sucre de canne, de deux doigts de rhum blanc et d’un filet de jus de citron. Le mot Ti-Punch veut dire « petit punch », ce qui indique un punch ordinaire, à la différence des préparations élaborées des autres cocktails.

Haut de page