La Fête du crabe : l’édition 2015

La Fête du crabe en est à sa 23e édition. Elle se déroule du 30 mars au 05 avril 2015. Le crabe est à l’honneur à Morne-à-l’Eau, la ville qui accueille l’événement, mais cette festivité est aussi l’occasion de découvrir d’autres aspects de la culture caribéenne, comme ses danses et musiques typiques ainsi que ses plats traditionnels.

Crabes et mangroves en Caraïbes : thème de l’édition 2015

La parole a été donnée à Franck Garain, coordonnateur de l’événement. Il explique que l’art culinaire, à base de crabe, y tient une place importante. Un concours de recettes à base de crabes, le Boko d’Or, est d’ailleurs organisé. Mais il s’agit aussi de se pencher sur une problématique économique et sociale : la perte d’autonomie alimentaire de la Guadeloupe à cause d’une exportation massive de cette denrée. L’impératif de protéger les espaces de production et de reproduction sera donc abordé. La sensibilisation et la découverte passeront par des tables rondes, des rallyes-découvertes, des conférences et des expositions de photos, entre autres. La musique sera au rendez-vous, avec des artistes venus de Dominique, de Porto-Rico, de Sainte-Lucie et de Martinique.

Les objectifs de la Fête du crabe

La Fête du crabe poursuit un objectif économique et touristique. Les différents volets de la manifestation et leur agencement sont pensés pour attirer les visiteurs venus d’ailleurs et leur faire découvrir quelques-unes des richesses de la Guadeloupe. Ils sont orientés vers les établissements de restauration spécialisés, faisant grimper le chiffre d’affaires de ces derniers. La Fête du crabe et de la mangrove est également une occasion de sensibiliser sur la protection de l’environnement.

Retour sur l’histoire de la Fête du crabe

La première édition de la Fête du Crabe s’est tenue en 1985, sur une initiative du CERM ou Centre d’Études et de Recherches sur Morne-à-l’Eau. L’objectif était alors de mettre en valeur les potentialités de la Guadeloupe, et le crabe constituait (et continue de constituer) l’une de plus importantes d’entre elles. Le contexte économique était à l’époque particulièrement difficile pour les restaurateurs, et l’événement se présentait comme une occasion de renflouer leur caisse. Au fur et à mesure, les tables des restaurateurs n’étaient plus les seules attractions relatives à l’événement. D’autres moments forts ont été inclus au programme, comme les balades en charrettes, les mini-croisières sur le canal de Rotours ou le concours du plus gros crabe.

Autres articles à lire

  • La prochaine édition du FEMI se déroulera du 30 janvier au 8 février 2014

    La prochaine édition du "Festival régional et international du cinéma de Guadeloupe", que l’on appelle couramment FEMI, aura lieu du 30 janvier au 8 février 2014. Des projections sont prévues dans une vingtaine de villes.

  • Meurtre au paradis : la série qui met à l’honneur les charmes des Deshaies

    Série télévisée coproduite par France 2 et la chaîne anglaise BBC, Meurtre au paradis met à l’honneur la beauté de la petite ville guadeloupéenne de Deshaies, la ville où la production est tournée.

  • L’aquaculture en Guadeloupe

    L’aquaculture est pratiquée depuis plusieurs millénaires dans certains pays asiatiques. En Guadeloupe, elle consiste surtout à élever des ouassous, les crevettes d’eau douce qui font la réputation de l’île. Voici un tour d’horizon sur l’aquaculture en Guadeloupe.

  • La biguine, une musique aux origines multiples.

    Si les touristes viennent nombreux en Guadeloupe, ce n’est pas seulement pour sa faune et sa flore généreuse, ou pour ses plats succulents. Ils font également le déplacement pour s’enivrer de musique tropicale, et la Guadeloupe est riche en la matière, avec un style pour lequel une danse à deux s’avère inévitable : la biguine. Mais d’où vient–elle exactement ?

  • Les combats de coqs : une particularité culturelle de la Guadeloupe

    Les combats de coqs dans les pitts de la Guadeloupe sont assidument suivis par des passionnés et des touristes curieux. Introduits par des colons espagnols au 17e siècle, les combats de coqs font partie du mode de vie des Guadeloupéens.

Haut de page