Terre de Blues, Festival musical de Marie-Galante

Terre de Blues n’est autre que la plus grande fête musicale de Marie Galante en Guadeloupe. Après 10 années, le grand festival devient un événement international. La prochaine édition se déroulera du 21 au 24 mai 2010.

Terre de Blues, le rendez-vous des adeptes de la musique en Guadeloupe

Chaque année, plus de 10 000 spectateurs viennent dans le Bourg de Marie Galante pour assister au festival de musique de l’archipel. Parmi eux, des Guadeloupéens, des Antillais, mais également des Européens et des Américains désireux de profiter de l’ambiance musicale de la ville, assistent aux différents spectacles. Pendant le festival, 20 antennes de radios et de télévisions retransmettent les prestations en direct. En 2008 et 2009, Terre de Blues a rapporté 350 000 euros à l’économie guadeloupéenne.

Le festival emploie 300 personnes, parmi lesquelles, les 200 artistes assurant l’animation du festival. Cette année et pour les 5 ans à venir, le festival abordera les cultures du pays. Le thème « Apprentissage et retransmission culturelle » dominera le festival. Cette initiative a pour but de favoriser l’apprentissage de la culture et d’inviter les touristes à en savoir un peu plus sur les spécificités du pays. Au programme : des concerts, des animations, mais également des conférences autour du thème phare du festival. Le village accueillera ainsi 15 000 festivaliers.

L’édition 2010 de Terre de Blues, une thématique musicale et culturelle

La 11e édition se déroulera du 21 au 24 mai 2010, elle promet des moments riches en émotions et en plaisir. Une sélection rigoureuse des meilleurs et des plus célèbres artistes de la scène guadeloupéenne et mondiale assurera le spectacle. De nombreux artistes animeront la fête Terre de Blues, à savoir En Vogue, Morgan Heritage ou Richard Smallford. Gospel, Soul et Reggae seront donc au menu, il s’agit en effet de 3 genres musicaux issus d’une même origine : le Blues. Une exposition occupera un espace de 400 m2 dédié aux artisans et artistes de la Guadeloupe.

Le parrain de cette 11e édition sera François Ladrezeau. Il organise un concours dans les écoles primaires qui vise d’abord à apprendre aux enfants à chanter, tout en les initiant à leur culture, notamment à la technique du « boula djel ». Une danseuse professionnelle animera une « master class » invitant les enfants à s’initier aux différentes danses de Marie Galante. Ils pourront également participer aux jeux traditionnels du pays. En tout, 700 élèves d’écoles primaires participeront à l’évènement. Le festival Terre de Blues constitue un rendez-vous avec la musique et la culture de la Guadeloupe, à ne pas manquer !

Autres articles à lire

  • Jean-Marc Benoît lance la collection Itinéraires

    L’un des stylistes les plus connus de l’île aux belles eaux, Jean-Marc Benoit a présenté sa nouvelle collection, Itinéraires, lors d’un défilé organisé au début du mois d’octobre 2015 à Pointe-à-Pitre.

  • Le défilé de la mi-carême en Guadeloupe

    La Guadeloupe est réputée pour son calendrier très chargé en matière d’évènements festifs. Ainsi, quelques semaines après le fameux carnaval, on peut assister au défilé de la Mi-Carême qui voit la participation active de la population locale ainsi que de nombreux groupes de renom.

  • Célébration de l’anniversaire de l’abolition de l’esclavage en Guadeloupe

    Quoi de mieux que l’anniversaire de l’abolition de l’esclavage pour faire la fête ! Comme Mayotte et la Martinique, la Guadeloupe se réjouit de cet événement unique. Autour de la date du 27 mai, les festivités s’enchaînent. Suivez le guide !

  • Musique créole : Le Gwoka

    La Guadeloupe est indissociable de l’exotisme. Cela est aussi valable sur le plan culturel. Le Gwoka, qui est la musique traditionnelle de la Guadeloupe, est absolument à découvrir lors d’un séjour sur l’île papillon.

  • Superstition et croyance au surnaturel en Guadeloupe

    Comme dans beaucoup de pays, l’établissement de la religion chrétienne, le modernisme ambiant ou le progrès de la technologie de pointe dans plusieurs domaines ont peu d’influence sur la disparition de la superstition ou les croyances aux surnaturels qui s’y enracinent davantage au fur et à mesure que le temps avance.

Haut de page