La prochaine édition du FEMI se déroulera du 30 janvier au 8 février 2014

La prochaine édition du "Festival régional et international du cinéma de Guadeloupe", que l’on appelle couramment FEMI, aura lieu du 30 janvier au 8 février 2014. Des projections sont prévues dans une vingtaine de villes.

Une édition de célébration

L’édition 2014 de du FEMI est particulière puisqu’il s’agit de la vingtième édition. Depuis sa création, le festival est en effet devenu un rendez-vous incontournable du cinéma caribéen. La thématique choisie, « Spécial rétrospectives, FEMI’s ANNIVERSARY », est éloquente, et témoigne de la volonté des organisateurs de rappeler au public le parcours exceptionnel de ce rendez-vous annuel désormais incontournable. Au total, une vingtaine de films seront sélectionnés et présentés au jury, dont six longs-métrages, six documentaires ainsi que huit courts-métrages.

Une programmation enrichie

Parallèlement à la compétition officielle, le FEMI donne également lieu à un festival off qui propose une programmation enrichie auprès de la population locale. Les projections se font alors en salle ou en plein air. Le FEMI Jeunesse est une occasion pour les jeunes de s’informer des métiers du cinéma. Différentes rencontres sont organisées dans les lycées et les collèges de la Guadeloupe. Enfin, FEMI dans les murs offre aux prisonniers de la région l’occasion de participer à un événement culturel majeur. Les pensionnaires des milieux carcéraux constituent d’ailleurs un jury pour une catégorie de court-métrage.

Inscription encore ouverte

Les cinéastes du monde entier peuvent participer au FEMI. Ouverte depuis de 25 juillet dernier, l’inscription à la compétition officielle est encore ouverte jusqu’au 30 octobre prochain. Les fictions, les documentaires et les films d’animations peuvent concourir pour figurer dans la sélection officielle. On peut obtenir un formulaire sur simple demande sur le site officiel du festival.

Des partenaires au rendez-vous

De par la notoriété de l’événement cinématographique de la Guadeloupe, les partenaires sont au rendez-vous. En premier lieu figurent les sponsors suivants : La région Guadeloupe, le ministère de la culture , le
ministère de l’Outre Mer, Air Caraibes, le Comité du tourisme des Iles de
Guadeloupe.

On peut ensuite citer les partenaires privés, à savoir Air France, BNP Paribas ainsi que plusieurs entreprises locales comme Auto Guadeloupe, MC Village, Nouvelle Sopri… Les autorités locales ainsi que les différents établissements culturels de la région participent également à la réussite de l’événement.

Autres articles à lire

  • Moov’Art, un atelier et une compagnie dynamiques !

    Afin de promouvoir les œuvres de ses membres, l’Atelier Moov’Art organise une porte ouverte, du 15 au 20 juin 2012. Profitons-en pour découvrir cet atelier et cette compagnie, acteurs du dynamisme culturel guadeloupéen.

  • Le madras, plus qu’un tissu, une tradition remise au goût du jour

    À leur arrivée à l’aéroport de la Guadeloupe, les visiteurs sont agréablement surpris d’être accueillis par des autochtones qui arborent fièrement leur tenue madras, une tradition remise au goût du jour.

  • Guadeloupe : le carnaval 2014 durera jusqu’au mois de mars

    Le fameux carnaval de Guadeloupe a officiellement commencé le 5 janvier dernier. Cette année, les touristes et les habitants pourront profiter de cet évènement culturel jusqu’au mois de mars.

  • Des fêtes de fin d’année inoubliables en Guadeloupe !

    Si vous prévoyez de séjourner en Guadeloupe vers la fin de l’année, vous avez l’assurance de passer des fêtes de fin d’année inoubliables. Vous vous imprégnerez entièrement de la tradition séculaire de l’archipel.

  • Alfredus, un artiste contemporain

    La culture guadeloupéenne est riche et variée. Dans le domaine de la peinture artistique, le talent d’Alfredus, un jeune français d’à peine 29 ans, est à découvrir absolument. Il a pratiquement vécu toute sa vie en Guadeloupe où il a réalisé ses premières œuvres. Des graffs aux tableaux, du monde sous-marin aux portraits, en plus de dix ans de carrière, il a su garder un principe dans sa façon de peindre : l’universalité.

Haut de page