Comment fabriquer son compost soi-même ?

Surnommé l’or noir du jardinier, le compost est un fertilisant obtenu à partir de la décomposition de plusieurs matières organiques. Il remplace parfaitement les engrais chimiques. Pour faire un geste écologique, un peu de recyclage et quelques économies, pourquoi ne pas le fabriquer soi-même, à petit prix ?

Choisir les matières organiques

En général, les matières organiques provenant du jardin et de la maison conviennent à la fabrication du compost. Pour obtenir un bon produit, il est préférable d’élaborer un mélange à base de matières lignifiées sèches présentant une certaine teneur en carbone, comme les feuilles mortes, la paille, le foin ou les copeaux de bois, et de matières herbacées humides riches en azote telles que les déchets de cuisine, les tontes de gazon fraîches, les feuilles fanées et les coquilles d’œuf. Évitez toutefois les restes de poisson ou de viande, les vieux journaux contenant des métaux lourds, les litières d’animaux, les plantes malades ainsi que les déchets de haies de thuyas, de laurier et de cyprès. Vous placerez le mélange dans un bac, ou à l’air libre.

Un processus de compostage en deux étapes

La fabrication d’un compost s’effectue en deux étapes distinctes : la dégradation et la maturation. Durant le processus de dégradation, les matières organiques fraîches se décomposent à une température de 50 à 70°C, et ce, grâce aux bactéries, aux champignons et à l’oxygène que l’on retrouve dans le mélange. Cette première étape diminuera la masse du compost par minéralisation de la matière organique en CO2 et favorisera une perte d’eau conséquente, par simple évaporation.

Le processus de maturation intervient lorsque l’étape de dégradation se met à ralentir et que la température descend à environ 35 à 45°. Les micro-organismes thermophiles disparaissent donc pour laisser la place à de nouvelles espèces mésophiles. Votre compost présentera ainsi une forte teneur en humus.

Les bons gestes à adopter

Quelques gestes réguliers et soignés garantissent un compost d’excellente qualité. Prenez toujours le temps de mélanger votre compost afin de l’aérer. N’oubliez pas non plus de l’arroser de manière régulière pour éviter qu’il s’assèche. Sachez enfin qu’un compost mûr est prêt à l’emploi après environ 6 mois de dégradation et de maturation. Vous pourrez l’utiliser dès qu’il s’effrite et qu’il produit une odeur de terre forestière.

Autres articles à lire

  • Jardiner avec la lune : quel intérêt ?

    Pour qui aime jardiner, avoir des plantes vigoureuses et saines fait partie des principales préoccupations. Suivre le calendrier lunaire est pour beaucoup la meilleure façon d’obtenir de bons résultats. En faire usage présente-t-il réellement un intérêt pour vos cultures ?

  • Comment cultiver le piment végétarien dans son jardin ?

    En plus d’ajouter du pep’s à vos recettes, les piments végétariens ou piments doux égaient aussi le jardin avec leur couleur si estivale. Mais comment faire pour en avoir dans son jardin ?

  • Le thym : les bonnes raisons d’en cultiver chez soi

    Plante aromatique facile à entretenir, le thym embaume agréablement la maison et recèle de nombreuses propriétés bénéfiques, parfois insoupçonnées. Découvrez toutes les bonnes raisons d’en cultiver à la maison.

  • Rose du désert : culture, entretien, floraison

    Considérée comme sacrée, la Rose du désert ou Adenium obesum est un arbuste tropical originaire d’Afrique. Il est très apprécié en tant que plante d’intérieur grâce à ses fleurs qui sont très décoratives. Comme nous bénéficions d’un climat tropical, pourquoi s’en priver ?

  • Pourquoi cultiver soi-même ses propres légumes ?

    Pourquoi ne pas cultiver vous-même vos légumes ? Mettez à profit votre jardin ou même votre balcon pour aménager un espace pouvant accueillir quelques plants de légumes. Cette pratique vous apportera de nombreux bénéfices, monétaires et gustatifs.

Haut de page