Les expositions à ne pas manquer en octobre 2013 en Guadeloupe

Le mois d’octobre s’annonce particulièrement riche en évènements en Guadeloupe. Des manifestations seront organisées un peu partout dans l’archipel. Amateurs de peinture, de photographie, de graffitis… Chacun pourra se délecter d’une exposition qui mettra en avant le savoir-faire d’artistes au talent exceptionnel.

Les expositions à venir

La bibliothèque multimédia du Moule accueillera à partir du 05 octobre jusqu’au 12 de ce mois une exposition photographique baptisée « Fanm kréole an zayann la ». En partenariat avec la Caisse D’allocations Familiale, l’évènement est organisé conjointement par l’association Artefact et la Cyber Base du Moule. Des photos de jeunes artistes du Moule agrémenteront cette manifestation. Enfin, le « Mois du Créole » sera célébré avec des expositions, des ateliers, des animations musicales du 1er au 30 octobre au Gosier.

De retour à Pointe-à-Pitre, Thierry Alet expose ses œuvres réalisées lors de son séjour en Afrique de Sud au Musée Saint John Perse du 11 octobre 2013 au 11 janvier 2014. L’artiste, connu sur la scène internationale, met en exergue une identité entre la fin de l’Apartheid en Afrique du Sud et celle de la colonisation en Guadeloupe. Cet aspect des choses est confirmé par deux invités sud-africains, Dale Yudelman et Frank Ross, qui sont venus en renfort spécialement pour l’occasion. Outre cette partie de l’histoire, cet évènement apporte un nouveau souffle sur l’œuvre du poète Saint-John Perse.

Les évènements en cours

Toujours pour ce mois d’octobre, d’autres expositions qui ont débuté il y a déjà quelques jours ou quelques semaines sont toujours ouvertes au public. C’est notamment le cas de l’exposition « La poétique des ruines : friches industrielles et autres lieux porteurs d’une esthétique sublime » de l’artiste Agnès CLERET-PIZON qui ne s’achèvera que le 12 octobre prochain. L’idée est d’apporter non seulement un regard artistique, mais également une touche hors du temps à des lieux laissés à l’abandon, tels que Darboussier et de Grande Pointe. Depuis le 12 septembre, l’évènement se déroule à la Maison de l’architecture et du patrimoine de Basse-Terre.

On poursuit avec l’exposition permanente « Biodiversité insulaire » qui ne s’achèvera qu’au 12 septembre de l’an prochain. Ayant pour thème « la protection de la biodiversité guadeloupéenne », cette exposition a lieu au Jardin botanique de Basse-Terre. On termine notre agenda culturel avec l’exposition « Art Bemao Intramuros » de la ville de Baie-Mahault. Au menu de ce mois, exposition d’art numérique et de vidéo dans la bibliothèque multimédia Paul Mado-La Ruche.

Autres articles à lire

  • La Guadeloupe en musique - le festival Ilo Jazz

    Connue depuis toujours pour ses merveilleuses plages, ses repas succulents et sa nature luxuriante, la Guadeloupe possède aussi une culture riche en matière musicale. Traditionnelle ou récente, chant ou danse, c’est une facette de ce pays qu’il ne faut pas manquer.

  • Noël en Guadeloupe : une fête de traditions

    Au-delà du décor chaleureux agrémenté de bananiers et cocotiers et entouré de la beauté des plages, la période de Noël en Guadeloupe est un moment où les traditions ressurgissent et au cours de laquelle les liens se resserrent.

  • La fête patronale, un évènement festif en Guadeloupe

    La Guadeloupe se caractérise par son calendrier d’évènements festifs très chargé, le plus célèbre d’entre eux étant le Carnaval. La fête patronale qui est préparée par chaque commune est aussi très animée. Zoom sur l’organisation et les différentes animations mises en place durant cette fête typique de l’archipel.

  • Le musée du rhum en Guadeloupe et sa collection unique au monde

    Une visite du musée du rhum et de sa collection unique au monde s’impose lors de votre prochain voyage en Guadeloupe. Ce sera l’occasion de vous imprégner de trois siècles d’histoire.

  • Le musée La Bitasyon - Costumes et traditions en Guadeloupe

    Le musée La Bitasyon-Costumes et traditions a ouvert ses portes le 25 octobre 2008, grâce à l’initiative de Camélia Bausivoir-Garcia et Claude Bausivoir après plusieurs années de recherches sur la culture de la Guadeloupe.

Haut de page