Le Carnaval de Guadeloupe, un évènement haut en couleur

Costumes bariolés, musique rythmée et parades sont au programme pour honorer Vaval, le roi du Carnaval. Chaque année, le carnaval se déroule après l’épiphanie pour ne prendre fin que le mercredi des centres, jour de la mort de Vaval.

Les festivités

Célébration d’origine religieuse, le carnaval offrait l’occasion aux chrétiens de s’amuser, faire la fête et de manger de la viande avant de commencer les 40 jours de privations imposés par le carême. Aujourd’hui, cet événement est devenu une véritable fête populaire où toutes les catégories sociales se retrouvent pour danser et parader dans un défoulement total. C’est également un spectacle de rue où des groupes de personnes et des chars défilent dans un grand affairement de couleurs, des musiques et des percussions. Vêtements très colorés, des strass et des paillettes sont les composantes indispensables de cet événement annuel.

Les jours gras

En Guadeloupe, le carnaval est marqué par des jours gras (lundi, mardi et mercredi). Le lundi gras est dédié aux mariages burlesques. Avec un long cortège, des couples déguisés (l’homme s’habille en femme et la femme endosse un costume d’homme) se présentent devant le maire et le prêtre. Le Mardi gras est le point fort du carnaval où le défoulement est à son maximum. De nombreux concours sont organisés pour élire le meilleur groupe, meilleur costume, etc. Le mercredi des Cendres est un jour de deuil. Vêtue en noir et blanc, la foule brule l’effigie du roi Vaval tout en chantant et en dansant.

Les symboles du carnaval

D’une certaine façon, le carnaval de Guadeloupe est un moyen d’exorciser la mort. Ainsi, le déguisement n’est qu’un passage, une transformation et même un dépassement de soi. Donc, pendant les parades des jours gras, on peut voir beaucoup de masques, de costumes et des déguisements qui parodient la mort (des squelettes, des têtes de mort, des diables, etc.). Quant à Vaval, c’est un personnage qui symbolise tous les problèmes et les deuils de l’année passée. Il est représenté en carton de quelques mètres de haut qui sera brûlé à la fin des défilés. La fin de Vaval marque également la fin des festivités et le début du carême.

Autres articles à lire

  • Changer de vie et partir vivre en Guadeloupe : ce qu’il faut savoir

    Envie de fuir le climat de sa région, affectation professionnelle, besoin d’un cadre chaleureux ou encore aspiration à une retraite au soleil, les raisons sont innombrables pour venir vivre en Guadeloupe. Si l’idée est séduisante, il faut prendre en compte plusieurs facteurs.

  • Evènement en Guadeloupe : la compétition des boeufs tirants

    Evènement marquant la fin de la saison sucrière, la compétition des boeufs-tirants, en Guadeloupe, constitue un véritable spectacle. Découvrez cette manifestation culturelle et sportive propre à l’archipel.

  • La Guadeloupe, une pépinière pour l’élite du sport mondial

    La Guadeloupe peut s’enorgueillir d’être une pépinière pour l’élite du sport mondial depuis quelques générations. De nombreux champions sont en effet originaires de cet archipel des Antilles.

  • Les radios en Guadeloupe

    La dynamique culture guadeloupéenne a permis l’émergence de plusieurs stations, dont chacun a sa particularité. Découvrez à travers cet article les différentes chaines radiophoniques de cette île paradisiaque.

    Copyright radio-track.com

  • Coiffures et costumes caractéristiques de la Guadeloupe

    Tant dans leur manière de s’habiller que de se coiffer, les Guadeloupéennes ont toujours sur mettre en avant leurs plus beaux atouts. Coquettes, indolentes et non moins gracieuses, les femmes antillaises se parent de madras, de diverses et élégantes coiffes.

Haut de page