Les bijoux créoles de la Guadeloupe

Collier massif comme le collier-choux, symbolique comme le forçat, ou bijoux destinés aux cérémonies … Le bijou créole, bien plus qu’un objet de coquetterie ou d’élégance, revêt tout un symbolique social, qui trouve son origine au temps de l’esclavage.

Des colliers aux origines symboliques

Collier-choux, grains d’or ou chaîne forçat, en Guadeloupe, les bijoux connotent une symbolique liée à l’histoire de l’île. Pour les colliers, le modèle forçat constitué de deux mailles, striée et lisse, qui s’emboîtent rappelle ainsi figurativement la chaîne de l’esclave. De dimension variable, en sautoir ou porté au ras du cou, le collier est reçu aujourd’hui par la femme aimée, en témoignage de l’attachement amoureux. Certains bijoux comme la broche Nid de guêpes ou la Pomme cannelle s’inspirent de la faune et de la flore.

Également lié à l’histoire des esclaves, on raconte que le collier grains d’or était le symbole des années de service de la femme esclave. En effet, chaque année, la tradition voulait que les « das », la nourrice ou la domestique, reçoivent un ou des grains d’or travaillés en remerciement de leur dévouement. Ces dernières utilisèrent alors les grains d’or pour se confectionner un collier. Les boules d’or lisses évoquent un peu l’aspect des perles, des pierres qui étaient alors refusées aux esclaves.

Les bijoux de tous les jours et des grandes cérémonies

La chaîne torsadée prenant l’apparence d’une corde figure parmi les bijoux portés couramment par les femmes en Guadeloupe. Le collier à mailles concombre est, pour sa part, composé de mailles ovales avec, en leur cœur, un enchevêtrement de filigranes. Ces dernières sont disposées sur une chaîne de mailles rondes de petite taille par intervalles égaux. En guise de fermoir, des barillets richement ornés et de différentes tailles sont montés sur les colliers.

Lors des grandes cérémonies, les femmes créoles se parent de la Marchande de sirop ou du collier Gros-Sirop. Le collier Gros-Sirop, agrémenté de cassolettes, se porte alors avec la grande robe de cérémonie. Bijou exceptionnel et rare, la Marchande de sirop est faite d’une suite de minuscules bagues aplaties et cannelées dans un emboîtement successif à l’horizontale puis à la verticale. À leurs poignets, les femmes portaient des bracelets assortis aux colliers tandis que leur tête était rehaussée de barrettes ou d’épingles en or.

Autres articles à lire

  • Art des Îles : Des artistes vous accueillent en Guadeloupe

    L’art décoratif de la Guadeloupe vous inspire ? Trouvez votre tableau de sable chez Art des Îles. Vous ferez la rencontre de deux artistes d’exception qui vous accueillent dans deux gîtes magnifiques. A cette occasion vous pourrez découvrir leurs créations à travers des oeuvres évoquant l’art de vivre de l’archipel.

  • Klodi Cancelier, artiste peintre en Guadeloupe

    Klodi Cancelier est un artiste peintre exerçant en Guadeloupe. Ses œuvres sont empreintes d’originalité révélant merveilleusement la culture antillaise. Gros plan sur cet artiste de talent.

  • Artisanat de Guadeloupe, les œuvres fascinantes de Ras Bolongo

    Outre ses paysages et ses fonds marins superbes, la Guadeloupe offre aux touristes une richesse artisanale hors du commun. Parmi les œuvres les plus célèbres se démarquent celles de l’artisan Ras Bolongo.

  • Artisanat Guadeloupe, le sable sous toutes ses formes

    Le sable représente une richesse nationale pour la Guadeloupe. En dehors de sa présence sur les plages, il sert de matière première destinée à l’artisanat. Tour d’horizon des produits fascinants issus du sable.

  • Artisanat et décoration : zoom sur les matières naturelles en Guadeloupe

    Zone tropicale par excellence, la Guadeloupe jouit d’une grande richesse en matière de ressources naturelles. Les graines et autres matières authentiques que l’on trouve sur ses terres représentent d’ailleurs l’une de ses fiertés. Utilisées en artisanat et en décoration, les matières naturelles autorisent toutes les fantaisies.

Haut de page