Faites connaissance avec l’avifaune de la Guadeloupe

La Guadeloupe réserve d’incroyables surprises aux ornithologues en herbe ! Elle héberge en effet une multitude d’espèces d’oiseaux qui représentent la majeure partie de la population de vertébrés terrestre de l’archipel.

Avifaune de la Guadeloupe : plus de 240 espèces d’oiseaux

D’après les derniers recensements effectués par les ornithologues, la Guadeloupe détient plus de 240 espèces d’oiseaux. Ces éminents spécialistes ont établi une classification de ces vertébrés. Certaines espèces sont sédentaires, d’autres viennent simplement pour nicher. Il s’agit d’oiseaux migrateurs réguliers. Il n’est pas rare d’apercevoir dans l’archipel des espèces erratiques ou accidentelles ainsi que des oiseaux qui ont été introduits et naturalisés par la suite.

La Guadeloupe détient 13 espèces d’oiseaux endémiques des Petites Antilles parmi les 70 qui sont sédentaires. L’île Papillon en possède avec la Dominique et la Martinique le nombre le plus élevé, qui est d’une cinquantaine d’espèces pour toute la région. Le pic de la Guadeloupe est strictement endémique de l’archipel qui est doté, en outre, de 15 autres sous-espèces du même genre. Ce contexte est surtout dû à la position géographique exceptionnelle de la Guadeloupe. Son insularité et son isolement ayant favorisé une sélection naturelle de son avifaune.

Avifaune de la Guadeloupe : des oiseaux sédentaires, migrateurs ou erratiques

Il convient de noter que certaines espèces qui sont présentes en Guadeloupe tout au long de l’année se reproduisent ailleurs. Il s’agit entre autres d’une déclinaison spécifique du Balbuzard pêcheur que l’on retrouve aussi à Sainte-Lucie et à Cuba ainsi que la Frégate superbe qui nidifie à Barbuda. Par contre, de nombreuses espèces non sédentaires viennent construire leur nid dans l’archipel. Ce sont généralement des oiseaux marins ou migrateurs, comme l’hirondelle des Antilles, le gros martinet noir, les sternes, les puffins ou les phaétons.

Si vous passez en Guadeloupe pendant la saison estivale, vous aurez la chance d’observer plusieurs dizaines d’espèces d’oiseaux migrateurs évoluant avec l’avifaune indigène. Cette région du globe se trouve en effet sur la route de nombreuses espèces originaires de l’Amérique du Nord migrant vers la partie sud du continent en hiver. Notons également la présence d’environ une soixantaine d’espèces erratiques qui se retrouvent de manière tout à fait accidentelle dans l’archipel. Ces oiseaux ont été, pour la plupart, déviés de leur axe migratoire habituel. La spatule rosée, la barge marbrée et bien d’autres encore viennent ainsi enrichir l’avifaune guadeloupéenne.

Autres articles à lire

  • L’invasion des poissons lions en Guadeloupe

    Le poisson lion (Pterois volitans), connu également sous le nom de « rascasse volante », est une espèce venimeuse. On l’a recensé dans les eaux marines guadeloupéennes en septembre 2010. Elle représente un danger, car son venin est fort et dangereux.

  • Le racoon : la mascotte de la faune guadeloupéenne

    Parmi les merveilles touristiques à découvrir en Guadeloupe, la faune se range incontestablement aux premières loges. Coup de projecteur sur le racoon, une espèce de raton laveur considéré depuis des années comme la figure représentative de la faune guadeloupéenne.

  • Le zoo de Guadeloupe : le sanctuaire d’une faune et d’une flore surprenantes

    Niché au cœur de la grande forêt tropicale, au milieu du massif de Basse-Terre, le zoo de Guadeloupe vous invite à une fraîche escapade au milieu d’un cadre des plus charmants.

  • La faune terrestre en Guadeloupe

    Mammifères, reptiles, oiseaux rares, etc. la Guadeloupe renferme un trésor faunistique d’une beauté à faire pâlir. Découvrez certaines espèces qui sont parmi les fleurons touristiques de cet archipel.

  • Voyage à la découverte des cétacés de la Guadeloupe

    La visite de la Guadeloupe ne se résume pas aux découvertes culturelles. Profitez aussi de votre visite pour admirer le spectacle magnifique offert par la nature. Parmi les pôles d’attraction touristique se démarque la rencontre avec les cétacés dans leur milieu naturel.

Haut de page