Ali Tur, grand architecte de Guadeloupe

Ali Tur a laissé beaucoup d’empreintes en Guadeloupe en matière d’architecture. Son style et les matériaux qu’il utilise, en contraste avec l’architecture traditionnel, ont complètement changé les villes de l’Archipel à la fin des années 20. Gros plan sur ce grand architecte de la Guadeloupe et ses œuvres.

Qui est Ali Tur ?

Haut fonctionnaire français, le père d’Ali Tur est obligé de s’installer avec sa femme à Tunis. Ali Georges Tur naît en 1889. Il est de nationalité française puisque son père était un polytechnicien Cévenole et sa mère une Alsacienne. Passionné, il intégra l’école des beaux arts mais doit interrompre ses études pour partir au front en 1914. Après quatre années et une croix de guerre, il reprend ses études en 1919. Il commence alors à collectionner les mérites : deux médailles, le prix Nestor et le grand prix de la décoration de la fondation Rougevin.

Il travaille ensuite à Paris en ouvrant une agence d’architecture et participe à la reconstruction des villes et de leurs édifices après la première guerre mondiale. En 1925, il figure sur la liste des dix architectes du ministère des colonies françaises. C’est ainsi qu’en 1928, après qu’un cyclone ait ravagé toute la Guadeloupe, la plupart des édifices communaux étant détruits, le gouverneur Tellier fait appel à son talent pour la reconstruction de l’Archipel. Il arrive en Guadeloupe en 1929. A partir de ce moment, un changement presque radical s’opère en Guadeloupe : l’architecture des maisons et des bâtisses se métamorphose.

Les empreintes d’Ali Tur en Guadeloupe

Entre 1929 et 1937, il dessine et reconstruit plusieurs bâtiments publics et privés. Son style rompt totalement avec l’architecture traditionnelle qui privilégiait le bois et la pierre. Ali Tur inclut alors dans ses oeuvres la technique moderne : le béton armé. Non seulement, le béton est plus solide mais il permet également de satisfaire l’imagination de l’architecte. Des structures nouvelles voient vu le jour dans l’archipel, avec les poteaux, les poutres, les hourdis agglomérés et les enduits au mortier. Renaissant de leurs ruines, la Basse-Terre comme la Grande-Terre brillent de nouveau.

Il commença par le palais du gouverneur, l’actuelle préfecture, le palais du conseil général et le palais de justice dans le chef-lieu de Basse-Terre. Un peu plus tard, autorisées à passer commande, les communes ont pu bénéficier du talent d’Ali Tur. En l’occurrence, Ali Geroges Tur a construit la mairie de Pointe-Noire, d’Anse Bertrand, du Lamentin et de Baillif. Les églises de Sainte-Anne et de Baie-Mahault ainsi que les bureaux de poste de Bouillante et de Vieux-Habitants sont aussi signés Ali Tur. D’autres empreintes de l’architecte : la halle à viandes de Port-Louis, la gendarmerie de Sainte-Rose, etc. Il a construit en tout 120 édifices en Guadeloupe jusqu’en 1937.

Autres articles à lire

  • Le batik pour une déco intérieure exotique

    Tout en couleurs, le batik vient d’Afrique, de Chine, du Japon, d’Asie ou d’Indonésie. S’il est très apprécié dans l’habillement, cette étoffe s’est également fait une place de choix en décoration d’intérieur.

  • Réparer une housse d’ameublement

    Si votre canapé est déchiré, il y a quelques astuces pour y remédier et limiter les dégâts. Voici quelques astuces pour réparer votre housse d’ameublement.

  • Une déco originale représentant la carte de la Guadeloupe

    Toutes les idées sont bonnes pour améliorer l’apparence de votre demeure. Que vous habitiez en Guadeloupe ou que vous rentriez d’un agréable séjour là-bas, vous avez désormais la possibilité de le montrer. Pour vous remémorer vos moments de bonheur, rien de tel qu’une décoration originale représentant la carte de l’archipel.

  • Les meubles en bambou : une touche d’exotisme dans le jardin

    Il n’y a rien de tel que les meubles en bambou pour se détendre et profiter du soleil dans son jardin ! À la fois robustes et faciles d’entretien, ce type de mobilier ne manque pas d’atouts.

  • Les Bois Ipé et Padouk, deux élements décoratifs pour votre terrasse

    Figurant dans la catégorie des Bois exotiques, le bois Ipé et le bois Padouk sont courants en Guadeloupe pour couvrir la terrasse et le bord de la piscine. Très résistants, ces deux matériaux peuvent être utilisés pour des meubles, du parquet et également pour la fabrication de navire.

Haut de page