Le racoon : la mascotte de la faune guadeloupéenne

Parmi les merveilles touristiques à découvrir en Guadeloupe, la faune se range incontestablement aux premières loges. Coup de projecteur sur le racoon, une espèce de raton laveur considéré depuis des années comme la figure représentative de la faune guadeloupéenne.

Le racoon : le raton laveur de la Guadeloupe

Riche et diversifiée, la faune guadeloupéenne intègre des types d’animaux peu communs comme l’iguane, la mangouste, l’oiseau-mouche, le coléoptère dynaste hercule ou encore le fameux serpent aveugle et minuscule dénommé leptyphlops. Même si ces animaux sont originaux et impressionnants, les Guadeloupéens ont depuis longtemps fait du racoon l’animal témoignant aux yeux du monde la splendeur de leur faune terrestre et aquatique. Issu de la famille du Procyon minor, le racoon est un cousin germain du raton laveur Procyon lotor.

Le racoon n’est pas un animal originaire de la Guadeloupe. En effet, ce petit raton laveur a été introduit dans le territoire guadeloupéen lors du naufrage d’un bateau américain dans l’archipel au XVIe siècle. Se nourrissant essentiellement de fruits, d’oiseaux et de poissons, le racoon est un raton laveur préférant un mode de vie plutôt nocturne. Lorsqu’il atteint l’âge adulte, le racoon peut présenter une longueur d’un mètre pour un poids de 15 kg. Cet animal dispose généralement d’une espérance de vie allant jusqu’à une dizaine d’années.

Le racoon : un animal protégé en territoire guadeloupéen

Animal arboricole, le racoon est plutôt leste à l’état sauvage. Malgré son apparence charmante, il est chassé, en Guadeloupe, par de nombreuses personnes pour sa chair comestible, mais également en raison de sa capacité à détruire les plantations et les volailles de la basse-cour. Cependant, depuis 1954, le racoon est classé parmi les animaux protégés en territoire guadeloupéen. Mieux encore, la Guadeloupe l’a choisi comme emblème représentatif de sa beauté faunistique la même année.

Arrivés en Guadeloupe, les touristes ayant une grande passion pour la faune et la flore peuvent se rendre au Parc National des Mamelles, dans l’île de Basse-Terre pour découvrir le Racoon. Vous pouvez également rencontrer cet animal magnifique lors de safaris ou randonnées au cœur des forêts de la Guadeloupe. Puisque l’animal est à la fois leste, nocturne et à tendance arboricole, il est judicieux d’effecteur votre randonnée dans les forêts guadeloupéennes avec un guide compétent. Il décidera de la possibilité d’une randonnée nocturne pour une rencontre agréable avec le racoon.

Autres articles à lire

  • L’Aquaculture en Guadeloupe

    L’aquaculture comprenant l’élevage des coquillages (conquiculture), des moules (myciculture), des huîtres (ostréiculture), des poissons (pisciculture) a pour objectif d’étudier, de suivre le développement et la reproduction de différentes espèces. Cette technique est également une opportunité de faire un élevage industriel des espèces aquatiques sans compromettre l’équilibre naturel des océans et des rivières.

  • Le zoo de Guadeloupe : le sanctuaire d’une faune et d’une flore surprenantes

    Niché au cœur de la grande forêt tropicale, au milieu du massif de Basse-Terre, le zoo de Guadeloupe vous invite à une fraîche escapade au milieu d’un cadre des plus charmants.

  • Voyage à la découverte des cétacés de la Guadeloupe

    La visite de la Guadeloupe ne se résume pas aux découvertes culturelles. Profitez aussi de votre visite pour admirer le spectacle magnifique offert par la nature. Parmi les pôles d’attraction touristique se démarque la rencontre avec les cétacés dans leur milieu naturel.

  • La faune terrestre en Guadeloupe

    Mammifères, reptiles, oiseaux rares, etc. la Guadeloupe renferme un trésor faunistique d’une beauté à faire pâlir. Découvrez certaines espèces qui sont parmi les fleurons touristiques de cet archipel.

  • Zoom sur le projet de réintroduction du lamantin en Guadeloupe

    Le lamantin des Antilles a disparu des eaux guadeloupéennes depuis le 20e siècle. Un projet est actuellement mis en œuvre pour réintroduire ce mammifère dans la réserve naturelle localisée dans le Grand-Cul-de-sac marin.

Haut de page